À trente-et-un ans, elle souffle un vent de fraîcheur sur la beauté eé en France, avec une sélection de produits aux résultats visibles, et une attention particulière portée aux conseils. Oh My Cream séduit les passionnés de beauté, mais pas que. Le fonds Otium y a injecté 6 Mz l’an dernier.

Folie. Quand on demande à Juliette Levy de résumer les cinq dernières années, c’est le premier mot qui lui vient en tête. À peine sortie de l’Essec et après un bref passage au Bon Marché, la jeune femme se lance dans l’entrepreunariat : « En tant que consommatrice, j’avais plein de petites envies qui manquaient dans le paysage beauté de l’époque aussi bien en termes de produits que de conseils », se remémore-t-elle. Après un an de préparation et avec 300000 e réunis grâce à des business angels, Oh My Cream naît en 2013. Le but : proposer une sélection pointue de produits de beauté à la fois efficaces et clean via une boutique physique à Paris et un e-shop, complétés par un accompagnement « aux petits oignons ». « Après tout, c’était juste un nouveau magasin de beauté de plus, le concept n’était pas révolutionnaire, mais le succès a été tout de suite incroyable », constate Juliette Levy. Il faut dire qu’elle a réussi à pressentir deux tendances majeures dans la cosmétique aujourd’hui : des compositions propres et un service différenciant.

Une trentaine de marques.
Oh My Cream qui référencie aujourd’hui une trentaine de marques (Ren, Tata Harper et Dermalogica) dont la sienne depuis 2017, pour un peu plus de 1000 références, n’a pas changé ses critères de sélection : « La première chose que l’on regarde, c’est l’univers de la marque. Si un pack n’est pas beau, personne ne lui donnera sa chance. Il faut allier le beau et le bon. On étudie ensuite la liste INCI : il n’y a pas d’ingrédients blacklistés à proprement parler, mais on vérifie qu’il n’y a pas trop d’ingrédients inertes, que ceux qui font débat aient une place minoritaire et, à l’inverse, que les actifs soient en quantité suffisante. Enfin, nous tenons à proposer un prix juste : la transparence se situe dans la composition mais aussi sur le rapport qualité prix », résume-t-elle. débat aient une place minoritaire et, à l’inverse, que les actifs soient en quantité suffisante. Enfin, nous tenons à proposer un prix juste : la transparence se situe dans la composition mais

Un triptyque qui plaît, puisque le panier moyen tourne autour de 90€ hors taxe et la fréquence d’achat, entre 2 et 4 fois par an. Le coeur de clientèle est constitué de digital moms, CSP+, à la recherche à la fois de bons produits et de bons conseils, mais aussi de jeunes trentenaires qui commencent à avoir du pouvoir d’achat et qui souhaitent investir dans des cosmétiques de qualité.

Pour les capter et les garder, Oh My Cream a adopté une stratégie omnicanale. Sur Internet, diffi-cile de se faire une place parmi les mastodontes du e-commerce : « On ne sera jamais parmi ceux qui investissent le plus ou qui font les promos les plus agressives, nous ne faisons ni plan média print ni campagne d’affichage », explique Juliette Levy qui précise investir 10 % du chiffre d’affaires en Web marketing. À la place, la marque préfère s’appuyer sur son service client ainsi que le contenu éditorial proposé sur le site. En boutique, qui constitue pour elle « une page de publicité dans la rue », l’accompagnement est fourni par des conseillères formées en interne pendant trois semaines après leur recrutement. « Véritables Wikipédia de la beauté », elles prodiguent des conseils indépendants et transparents, effectuent des diagnostics de peau gratuits et réalisent les soins en cabine. Pensés comme des commerces de quartier, les points de vente Oh My Cream se sont multipliés (six en Île-de-France, quatre en province), avant de s’exporter d’ici à deux à trois ans. La folle aventure de Juliette Levy n’est pas près de s’arrêter.

SES DATES CLÉS
2006 Essec Business School.
2010 Responsable des ventes Bon Marché (groupe LVMH) Fonde Oh My Cream
2013 Fonde Oh My Cream
2017 Lance sa marque de soins Oh My Cream (numé- avec 7 références). Une crème universelle est venue enrichir le catalogue en octobre, avant le lancement de produits plus spécifiques en 2019

JESSICA HUYNH

Facebook
Twitter