Le vétiver ne laisse pas de bois

PARFUM. En touche ou en note majeure, les masculins se piquent de ce bois à la naturalité dans l’air du temps et au rendu si élégant.

Heureuse coïncidence baudelairienne, en énonçant à voix haute le vétiver, on entend « vert » et respirant son huile essentielle, on sent une note verte. Une inflexion en phase avec la quête de retour aux sources, donc à la nature, avec déjà des effets végétaux – feuilles froissées, sève, lierre – de plus en plus perceptibles dans les sillages. Ajoutons qu’en parfumerie, où une tendance chasse l’autre, ce bois chic est une bonne alternative aux patchouli et bois ambrés très sentis. On le retrouve donc dans plusieurs lancements masculins en parfumeries. Tout d’abord chez Hermès (1) qui douze ans plus tard, visite son best-seller masculin, avec un Terre d’Hermès Eau de Vétiver (50 ml, 80 e ;100 ml, 108 e). Celui sélectionné ici par Christine Nagel, le parfumeur maison, résulte d’une distillation fractionnée privilégiant sa facette verte au détriment de l’effet racine. Cet extrait de vétiver se frotte à une bergamote cueillie avant maturation et un poivre de Sichuan qui tous deux amplifient cet effet vibrant. Chez Dolce & Gabbana (2), on retrouve le vétiver dans l’Eau de Toilette Intense The One Grey (30 ml, 55,26 e; 50 ml, 67 e; 100 ml, 94 e, avec une campagne presse, télé et digitale) signée Jean-Christophe Hérault (IFF). Là aussi pour imprimer un dynamisme au fond sensuel de tabac ambré caractéristique de The One, le parfumeur ajoute du vétiver. Pour amplifier sa verticalité, il le combine à du pamplemousse et de la cardamome épicée. Chez Bulgari (3), Man Wood Essence axe sa campagne sur un homme se réconciliant avec la nature. Et pour l’invoquer, quoi de mieux qu’une fraîcheur verte issue d’un coeur de vétiver, renforcé de cyprès et relayé en tête par la coriandre et des agrumes ? Un fond cèdre ambré renforce la masculinité perçue avec ce parfum coloré en vert dans un flacon aux lignes droites.

Facebook
Twitter