Lumière sur Studio Makeup

MAQUILLAGE. Créée en 2008 en Floride, la marque américaine aux 250 références intègre quatre ans plus tard le marché français via les Galeries Lafayette, et fait cette année son entrée chez Monoprix.

Qualité professionnelle, pratique et à prix abordable, telles sont les promesses de Studio Makeup. Valérie d’André, CEO pour la France et l’Europe, revient sur l’origine de la marque : « Son créateur, fort d’une longue expérience dans le secteur du maquillage, a voulu travailler sur la qualité des ingrédients en s’inspirant des cosmétiques, mais aussi sur la qualité des pigments. Son but était de rompre la barrière entre produits professionnels et grand public en proposant du haut de gamme tout en restant accessible. » Les produits sont donc sans allergène, hydratants, non comédogènes, enrichis en vitamines et au colorama hyperpigmenté. La marque compte plus de 250 références, une gamme complète pour le teint, les sourcils, le regard et les lèvres. Les tons vont du nude aux teintes pop, avec une large palette de couleurs et de références dans chaque catégorie. « Nous sommes présents aux États-Unis, au Moyen-Orient, en Amérique centrale, au Canada, en Asie, en Europe : la marque a pour exigence de s’accorder à tous les types de peaux et de résister à tous les climats », ajoute Valérie d’André. Quant aux packagings, ils mêlent noir laqué et transparence pour un look chic et intemporel.

Pratique et ludique. Pour le côté pratique qu’elle revendique, la marque a misé sur les tout-en-un et une collection on-the-go au format de poche. « Pour chaque palette, même mini, nous proposons toujours une base, un applicateur et un miroir », précise-t-elle. Mais ce qui fait sa différence est certainement son aspect ludique et modulable à l’envi qui s’adresse aussi bien au grand public qu’aux make-up artists. Ainsi, une même ombre à paupières peut être utilisée en aplat pour un rendu intense, mouillée pour un effet métallisé ou étirée pour un résultat irisé, plus léger. Les traceurs pour les yeux, avec pointe fi ne et base large, permettent le pointillé comme l’eye-liner. « Nos bases restent nos best-sellers. Transparentes, elles comblent les ridules et les défauts avant l’application du maquillage et l’empêchent de bouger. Elles ont séduit les studios hollywoodiens pour cette raison », ajoute Valérie d’André.

Stratégie de proximité. Il y a six ans, Studio Makeup s’installe aux Galeries Lafayette et devient partenaire de l’événement « Le plus grand défi lé du monde ». Elle rejoint ensuite Marionnaud pour aujourd’hui compter quelque 400 points de vente dans l’Hexagone dont, récemment, les nouveaux concepts hygiène-beauté de Monoprix (voir Cosmétiquemag de mai), soit onze magasins en France. « Nous ne faisons pas qu’installer nos produits. Nos ambassadrices et make-up artists proposent des animations, fournissent conseils et astuces pour utiliser nos produits, des informations sur les nouveautés. Nous voulons faire découvrir à nos clients leur côté ludique, mais aussi le résultat rapide et bluffant qu’ils permettent », poursuit Valérie d’André. Une proximité avec la clientèle qui permet à la marque de recueillir des informations et donc de travailler sur d’éventuelles améliorations ou innovations. Jusqu’alors assez confi dentielle, elle cherche aujourd’hui à accroître sa notoriété en France. « Nous collaborons avec une agence pour développer notre stratégie sur les réseaux sociaux que sont Instagram, Facebook et YouTube. À l’inverse d’une campagne média de grande envergure, nous souhaitons par ce biais rester au plus proche de nos clients », conclut la CEO.

Facebook
Twitter