L’entreprise séduite par le coworking

Les espaces de bureaux partagés ont le vent en poupe. Ce phénomène ne concerne plus seulement les freelances ou les start-up, mais également les entreprises.

Terrasse, restaurant, bar, salle de fitness, mobilier design, décoration soignée… À première vue, l’espace de coworking The Bureau a tout l’air d’un hôtel parisien de grand standing. Pourtant, aux étages l’ambiance est bel et bien studieuse. Les membres peuvent travailler en open space ou dans des bureaux fermés. Des salles de réunion et de conférence sont également mises à leur disposition. Tout cela à deux pas des ChampsÉlysées, avec vue sur la Tour Eiffel et la Seine. C’est dans cet espace premium qu’évolue Vanessa Lecompte, qui occupe la fonction de responsable commerciale pour Cosmo International Fragrances depuis un an. « J’ai rejoint Cosmo pour mettre en place le bureau parisien et m’occuper des marchés de la France et du Benelux, raconte-t-elle. Je suis la seule salariée localisée à Paris. Comme je reçois régulièrement des clients, il me fallait un espace de travail adapté. Nous avons très vite opté pour ce lieu qui offre la possibilité de réserver des salles de réunion dans un cadre très agréable », poursuit-elle. Vanessa Lecompte est entièrement convaincue par le concept. « C’est le plus bel espace de travail que j’ai pu expérimenter durant ma carrière. Il s’agit d’un lieu de rencontre, nous pouvons échanger avec des personnes d’entreprises et de secteurs différents. Il y règne un esprit de dynamisme qui est très motivant », explique-t-elle. Elle côtoie des entrepreneurs et des indépendants, mais également des employés de groupes, comme Les Sources de Caudalie ou encore LVMH. Ouvert en 2016, cet espace de 3 000 m2 recense déjà 300 membres. « La plupart de nos clients sont des indépendants. Mais nous observons une demande croissante de la part des groupes qui souhaitent installer certaines de leurs équipes au sein de The Bureau », confie Laurent Geneslay, le cofondateur. Une tendance également perçue par Christophe Buckart, le directeur général de Regus, qui compte parmi ses clients quelques grands noms de la cosmétique. « Dans notre offre de location d’espaces de coworking, la part des grands comptes est passé de 15 % à 25 % en deux ans », souligne-t-il. Regus possède aujourd’hui 112 sites de coworking dans le monde.

Une alternative au télétravail.
Plusieurs facteurs expliquent cet engouement. Il offrirait d’abord une alternative séduisante au travail à domicile pour les salariés en télétravail. « Cela leur permet de ne pas être isolés toute la journée et d’avoir un meilleur équilibre vie privée-vie professionnelle », précise Baptiste Broughton, cofondateur de LBMG Worklabs, un cabinet spécialisé dans la mise en place de solutions de travail collaboratives (télétravail, coworking, flex office, etc.). Avant d’ajouter : « En outre, certains collaborateurs en télétravail peuvent être moins bien équipés que d’autres, notamment les jeunes qui vivent dans de petits espaces ou en colocation. » Ces tiers-lieux permettent aussi de rendre une marque employeur plus attractive. « Certaines entreprises louent ce type d’espace pour attirer les talents, notamment les millennials qui accordent beaucoup d’importance à la localisation et à la qualité des services de leurs espaces de travail », pointe Baptiste Broughton. L’aspect financier constituerait également un argument de poids. « Pour un employeur, un abonnement dans un espace de coworking est en général moins coûteux qu’un poste de travail dans un immeuble de bureau classique », affirme Christophe Buckart. Même avis chez The Bureau. « Les entreprises clientes n’ont plus besoin de gérer les dépenses liées aux services généraux (courrier, hôtesses d’accueil, etc.). Nous pouvons aussi nous substituer aux comités d’entreprise en proposant des cours de sport, des sorties et divers services », souligne Laurent Geneslay. Le coworking permet aussi de partager des outils techniques, comme le propose depuis peu Cinquième Sens. L’agence spécialiste du parfum met à disposition un espace de coworking avec, selon les forfaits, des accès aux bases de données, des outils pédagogiques, ainsi qu’un laboratoire avec un orgue et des postes de pesées. Ce mode de travail apporte un nouveau souffle à l’immobilier de bureau et semble avoir de beaux jours devant lui.

Sous un air de parfum à Grasse
Depuis cinq ans, la pépinière d’entreprises InnovaGrasse héberge un petit espace de coworking à Grasse (06). Capitale du parfum oblige, les membres évoluent majoritairement dans le secteur de la parfumerie, des arômes et des cosmétiques. « Notre espace de coworking accueille une quinzaine d’entrepreneurs. Mais nous aimerions également développer une offre à destination des entreprises », confie Claire Belony, chargée de mission au sein d’InnovaGrasse. Que ce soit pour une heure ou un mois, ils viennent y chercher un environnement créatif et une nouvelle communauté voire, pourquoi pas, la perspective de nouveaux business. À l’instar de Catherine Levray, directrice artistique pour des marques de beauté, installée depuis 2013. Elle y a rencontré Claire Lonvaud, qui a créé son agence de conseil en parfumerie Passion Nez, et ont planché sur un projet commun en 2016. « Un de mes clients avait besoin de travailler l’identité graphique et le flacon d’un nouveau parfum qui sera lancé fin 2018. Je l’ai donc mis en relation avec Catherine », relate Claire Lonvaud, qui s’est occupée de la gestion du projet. Et les deux femmes ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Avec la parfumeuse indépendante Hélène Fizet- Prévot, elles ont créé la marque Design des Sens, dédiée à la création de signatures olfactives.

Facebook
Twitter