L’art du parfumage

SERVICES. Fleurter, swaporiser, hakaresser… Ces intrigants néologismes invitent à de nouvelles manières de se parfumer. Spécialiste des systèmes de distribution, Aptar explore l’art du parfumage dans son Codex des gestuelles.

1/ Que l’on préfère un sillage subtil et presque imperceptible ou,

au contraire, imposant et persistant, nos goûts en matière de parfum se

retrouvent jusqu’à notre manière de vaporiser. La Fraich Touch’, c’est un

mouvement de coordination entre le corps et le poignet assurant la distribution

du parfum en rythme et en brume, tel un nuage de senteur qui se dépose

délicatement sur l’ensemble du corps.

 

2/ Discrétion contre puissance, légèreté contre ténacité… Si, au

contraire, l’on se couvre de parfum comme l’on s’enveloppe d’une aura capiteuse,

c’est le Smell Control qui est à l’œuvre. D’après le Codex des Gestuelles

d’Aptar, il désigne le comportement d’un individu d’un geste saccadé et répété

pour un parfumage longue durée.

 

3/ Pch, pch, Pch… Derrière cette onomatopée se cache une façon bien

virile de se parfumer : « typique du Moyen-Orient », le geste consiste en une

application à coups de pouces de part et d’autre du torse. Autre geste tout

aussi masculin, se hakaresser est inspiré du célèbre rituel de danse et

repose sur l’application du parfum en claquant sur les avant-bras ou le torse.

 

4/ Le parfum peut aussi être une marque de réconfort ou de

tendresse envers autrui : en frictionnant, on applique avec vigueur et

fraîcheur. Lorsqu’il s’agit d’un tiers, c’est la « manifestation d’une tendresse

cutanée ». Cela peut aussi être une source de partage : swaporiser consiste à

échanger son geste de parfumage avec une ou plusieurs personnes.

 

5/ Comme une manière de commencer la journée du bon pied, le

parfumage peut en dire long sur notre rituel du matin. On peut soit se

débrumer, comme une façon vigoureuse de se réveiller en se tapant le visage

avec du parfum pour se réveiller, ou bien s’ennuager. Plus délicat, le geste

transforme la fragrance en un voile de senteur qui imprègne le corps tout entier.

 

6/ La gestuelle peut aussi définir bien des personnalités : le

sniffster, avant-gardiste et prescripteur, fuit les odeurs mainstream tandis

que la mainchanteresse est une personne qui, telle une magicienne des notions

olfactives, dépose le jus sur la peau comme une potion précieuse. Enfin, le

déliprécis, lui, cible avec délicatesse des points précis comme le creux du

coude ou l’arrière des oreilles…

 

Facebook
Twitter