Soin du corps : faire texture neuve

Pour agir sur l’aspect d’une surface aussi grande que celle de la peau de notre corps et améliorer son apparence, les fournisseurs d’ingrédients cosmétiques jouent sur plusieurs tableaux.

Réduire les capitons de la peau d’orange, améliorer la netteté, diminuer les irrégularités… Autant d’éléments qui jouent sur la beauté de la silhouette et sont désormais plus importants pour la consommatrice que la simple minceur. « La peau du corps vieillit de la même façon que celle du visage, rappelle Virginie Couturaud, directrice valorisation scientifique d’Yves Rocher. Il est donc primordial de l’entretenir. » D’entrée de jeu, les professionnels du secteur insistent sur le caractère essentiel de nourrir et hydrater la peau. « C’est le point clé la porte d’entrée du marché », résume Olga Gracioso, directrice marketing chez le fournisseur d’actifs cosmétiques Sederma. Car si la peau du visage peut produire du sébum en excès, ce n’est pas le cas de celle du corps. Lorsque la peau est déshydratée, son microrelief s’accentue. Si elle est hydratée, les cornéocytes, qui composent la couche cornée de la peau, gonflent et sa surface s’aplanit. « Il est effectivement possible d’agir sur le microrelief avec un effet de lissage ou un effet tenseur mais également sur l’ondulation de la peau avec une action drainante », explique Virgnie Couturaud.

 

Lisser la peau.

Autre sujet essentiel qui touche à la texture de la peau : la kératose pilaire. Il s’agit de petits boutons qui donnent à la peau un toucher rugueux et dont les gommages n’en viennent pas à bout. « Ces derniers produisent l’effet inverse car ils vont stimuler l’épiderme qui va alors se renouveler beaucoup trop vite. En réalité, celui-ci a besoin de prendre le temps de maturer », explique Olga Gracioso. La kératose pilaire résulte de l’accumulation de cornéocytes, souvent localisée sur les bras et les cuisses. L’Hydronesis de Sederma, tout juste mis sur le marché, intervient justement au niveau du processus de la constitution de l’épiderme pour en réguler la maturation. Issu de biotechnologies, il est produit par un bio organisme endémique d’un lac salé situé en Espagne auquel il confère une couleur rose. « Récolté, mis en culture, il génère des métabolites d’intérêts qui présentent des bénéfices cosmétiques pour la peau », précise Olga Gracioso. Hydronesis est en outre efficace concernant les problématiques d’apparition de boutons rouges disgracieux qui font fréquemment suite à l’épilation.

Un moyen d’améliorer considérablement la texture de la peau peut également être de combiner plusieurs actifs bio-compatibles dans une base naturelle contenant des huiles végétales. Ainsi le groupe Alban Muller a récemment développé une formule appelée Lait Sérum de Soie dynamisée par deux de ses actifs phares, Pearlami et Amiperfect ER. Le premier est un extrait de protéines hydrolysées de perles noires de Tahiti riche en acides aminés hydratants et régénérants, le second une alternative à l’acide salicylique 100% naturel issu d’une plante, la gaulthérie, qui stimule la prolifération cellulaire. « Ce lait sérum booste le renouvellement et l’éclat de la peau, détaille Camila Caliri, Chef de projet développement produits d’Alban Muller. Cette association permet de percevoir plus rapidement le coup de jeunesse procuré à la peau. » L’Amiox ER, un extrait de romarin au pouvoir fortement antioxydant, est complémentaire et va en même temps de stabiliser la formule. De plus, « le Lait sérum de soie présente une texture très fluide, aqueuse, riche en huiles végétales, qui se transforme lors de l’application pour un fini de toucher sec », ajoute Camila Caliri. Aux côtés de l’efficacité, la sensorialité des soins pour le corps est tout aussi essentielle. 

Facebook
Twitter