Carte blanche : mélanie Carestia

Née à Grasse et forte d’un parcours cosmopolite qui l’a notamment emmenée à Dubaï, elle a rejoint depuis quelques mois l’équipe créative de Sozio Paris.

Les personnes qui ont compté

Tout d’abord ma mère, qui m’a fait découvrir ce métier à l’âge de douze ans. Il y a eu par la suite Philippe Maubert, qui a cru en moi et m’a donné ma chance chez Robertet, puis mes deux mentors dans cette maison : Francis Camail et Michel Almairac. Ils m’ont enseigné la beauté du métier de parfumeur, et m’ont appris que chaque matière première est unique, et a un véritable impact dans une composition. Et enfin Thierry Wasser, rencontré pendant mes années chez Dior où nous partagions le même laboratoire. C’est pour moi un exemple à suivre autant professionnellement qu’humainement.

Les sources qui l’inspirent

J’ai toujours été inspirée par les odeurs qui m’entouraient, en particulier celles de nature, au gré des saisons et de mes souvenirs d’enfance comme les orangers en fleurs ou les allées d’eucalyptus des îles de Lérins. Pour des projets plus concrets je vais m’appuyer sur des photos ou des images. Je suis de nature contemplative, mais les rencontres sont également une source d’inspiration. J’ai notamment un ami sommelier avec qui je discute beaucoup, tout comme avec des œnologues et des mixologistes. Ce sont des personnes qui ont une véritable conscience de l’odorat et les échanges et parallèles que nous pouvons faire sur nos métiers sont toujours très enrichissants.

Les matières qu’elle préfère

Les muscs et l’ambroxan, qui apportent de la sensualité et un aspect charnel, addictif, au parfum. La myrrhe ensuite, dont l’odeur résineuse et brulante est ma madeleine de Proust. Elle me ramène à mes souvenirs de vacances dans les Landes. Enfin, le jasmin grandiflorum et la rose centifolia, des senteurs qui ont bercé mon enfance à Grasse.

Les parfums qu’elle porte

Une de mes créations à base d’ambroxan et musc, bien sûr ! C’est un parfum de peau, discret et confidentiel, qui fait partie de moi et ne me gêne pas dans mon travail. Spring Flower de Creed est le seul autre parfum que j’ai porté depuis que je suis devenue parfumeur. En effet, j’ai toujours été fascinée par les parfums qui ont un sillage et une véritable identité olfactive comme Eau Sauvage, Dior Homme, ou bien sûr Rive Gauche, le parfum que portait ma mère.

Son parcours1980 : naissance à Grasse.1998 – 2002 : licence de biochimie à l’Université de Montpellier.2002 : élève parfumeur chez Robertet, société pour laquelle elle avait déjà effectué des travaux saisonniers.2007 : devient parfumeur junior chez Robertet.2011 : intègre le laboratoire de création des Parfums Christian Dior, sous la direction de François Demachy.2014 : signe Ginepro di Sardegna d’Acqua di Parma (LVMH)2015 : rejoint Symrise, d’abord à Paris puis à Dubaï, où elle lance Radiant Bergamot de Ferrari et plusieurs parfums pour Arabian Oud et Al Rehab au Moyen-Orient.2017 : revient en France pour intégrer l’équipe créative de Sozio Paris.

Facebook
Twitter