Acteurs/saga : louis Marty et Roland Jais-Nielsen, Merci Handy

DR

Décalée, avec un sens aigu de l’humour et du marketing, Merci Handy a su s’imposer dans les sacs à main des teenagers et des adultes. Comment un produit basique de l’hygiène est-il devenu un it de bag, sous la houlette de ces deux jeunes entrepreneurs ?

Une petite trousse Merci Handy à l’effigie des personnages de Disney trônera dans les rayons en Grande-Bretagne (Topshop), Allemagne, Espagne, Italie durant les fêtes de Noël. Contenant six gels traditionnels 30 ml, elle sera vendue en France chez Sephora en exclusivité au prix de 14,90 €. C’est en février que Louis Marty (vingt-six ans), cofondateur de la marque avec Roland Jais-Nielsen (vingt-sept ans) avait reçu un message via Linkedin d’un dirigeant de Disney. « L’affaire s’est décantée très vite, explique-t-il. Avec Disney, il fallait une rapidité d’exécution de manière à être prêts pour Noël. »



2012-2017… Le chemin du succès a été pavé de belles opportunités pour ces deux créateurs d’entreprise qui se sont rencontrés en 2011 sur les bancs de l’INSEEC Paris où ils préparaient un master d’entrepreneuriat. Avec 1 500€ en poche, pour leur mémoire de fin d’études, ils créent une SAS, Trade Transparency, qui exploite le brevet italien (Easysnap) d’un gel antibactérien délivré en capsule (1ml). BNP, Roland-Garros, compagnies aériennes, chaînes de fast-food… apposent leur logo sur ce produit en marque blanche. « Mais nous vendions toujours la même chose, avec les mêmes arguments… », reconnaît Louis Marty. En septembre 2014, naît la marque Merci Handy. Le pitch des deux compères est de dépoussiérer l’image d’un geste mécanique : le lavage des mains. « Nous ne voulions pas parler de bactéries, le but était de transformer un produit pas cool du tout en un produit sexy et très life style », ajoute-t-il.

Concepts stores.

Leur entourage les aide à trouver des fonds (15 000 €), avec lesquels ils financent le lancement et la production de 500 gels, dont l’original (sans odeur, aujourd’hui référence abandonnée) et quatre parfums. « D’emblée, nous avons décidé de délaisser le réseau des pharmacies, trop « médical ». Nous avons opté pour des concepts stores comme, Pop Market à Paris, puis nous avons osé démarcher Colette ! Il fallait absolument qu’on nous voit », indique le cofondateur de la marque.



Du BtoB, ils passent au BtoC, en créant une communauté dans leur sillage (voir encadré). Birchbox (février 2015), puis Monoprix (septembre 2015) référencent la marque. « Birchbox nous a donné une vraie visibilité et nous a permis d’apprendre des expériences clients (goûts, odeurs…). Monoprix souhaitait un meuble, on l’a fait fabriquer en jonglant sur les délais pour payer nos fournisseurs… La visibilité a été instantanée et nationale », poursuit-il.



Mais c’est un mail qui va leur permettre de changer littéralement de catégorie. « L’équipe Beauty to Go de Sephora a voulu nous rencontrer. Cela leur permettait de s’ouvrir sur une catégorie (l’hygiène) qui n’existait pas dans leurs magasins, via nos produits sexys », explique Louis Marty. Lancée dans quinze pays simultanément en septembre 2016, Merci Handy cartonne. « Ce mail a changé nos vies. La start-up est devenue une « vraie » entreprise. Nous référencer était un gros risque pour Sephora car il fallait que notre production puisse suivre ! Nous leur sommes reconnaissants. »



Sephora est l’enseigne qui génère la plus grosse partie du chiffre d’affaires qui devrait s’établir en fin d’année aux alentours de 4 millions d’euros. Depuis août 2016 et sa levée de fonds de trois millions d’euros (auprès d’Otium Capital), la société s’est développée. Présente dans 17 pays européens et au Moyen-Orient (Dubaï, Qatar, Koweït, EAU), la marque propose 20 références et s’est étoffée de crèmes pour les mains, brumisateurs, dentifrices, cure de blanchiment dentaire. Des nouveautés sont attendues en 2018.





Licorne Star Ton décalé, tutoiement, humour, ironie, second degré…Marketing et communication sont extrêmement poussés. Au 47 bis de la rue des Vinaigriers, à Paris, travaillent dans un grand open space, les 24 salariés de la marque. Un studio photo y a été aménagé, pour produire du contenu pour les réseaux sociaux. La licorne y est déclinée sur tous les tons. Même la foire aux questions du site est humoristique ex : Est-ce que Merci Handy contient des substances d’origines animales ? « Les gels Merci Handy sont enrichis en vitamine E pas en écailles de poisson. Tu ne trouveras pas la moindre trace de mammouth ou de gazelle dans nos jolis flacons ou même capsules.Nos produits ne sont pas non plus testés sur des animaux. Nous aimons beaucoup trop les chatons pour oser ce genre de choses… »

Facebook
Twitter