« Une des années les plus excitantes pour la marque »

© Tom Munro

Chez L’Oréal Luxe, Véronique Gautier, directrice générale international Giorgio Armani Parfums & Beauté, présente Emporio Armani, le lancement en cours, et fait un point sur le développement de la marque.

Pourquoi ce duo Emporio Armani ?

 Véronique Gautier : Pour Monsieur Armani, Emporio Armani est une marque qui a son identité propre, complémentaire de Giorgio Armani et qui permet d’ouvrir de nouvelles pistes, de parler à une autre cible de manière expérimentale. Nous leur parlons d’amour, de sensualité, du couple après la phase de séduction… L’amour donne des ailes ! Et cette histoire s’exprime dans une mini-série, Together Stronger, réalisée par Fabien Constant, diffusée sur les plateformes digitales de la marque. C’est un dialogue amoureux, mais qui s’adresse de manière spécifique aux hommes ( Stronger With You ) et aux femmes (Because It’s You ). Nous voulons faire rêver les millennials, les éduquer au parfum. Le masculin créé par Cécile Matton (Mane) est une fougère orientale avec une note marron glacé. Pour le féminin, Anne Flipo (IFF) a imaginé un floral boisé moderne avec un accord framboise. Cette rose framboisée n’est pas collante, mais addictive. Ce sont des produits de qualité avec des valeurs sûres et un message clair. Ce n’est pas un produit mixte ou gender free.





Comment se déroule ce lancement ?

V. G. : Après une avant-première au Sephora des Champs-Élysées – avec une double exposition – et sur Sephora.com, un déploiement en France mi-juin en même temps qu’en Italie, le lancement se poursuit ensuite en Europe. Aux États-Unis, le duo de parfums est en vente en exclusivité sur notre site e-commerce et dans les boutiques Armani depuis le 1er juin, avant d’atteindre l’ensemble de notre distribution en septembre.

 

Où en sont les parfums?

V. G. : La marque est numéro trois mondial au global (hommes et femmes), Sἱ est numéro sept en Europe, onzième en France, cinquième en travel retail. Et sera soutenu par un nouveau film à la rentrée, toujours incarné par Cate Blanchett, mais dans un registre renouvelé. La ligne Code est entrée dans le top 10 en Europe, numéro cinq aux États-Unis où Acqua di Gio est toujours numéro, un comme en Italie. Nous avons atteint les deux premiers objectifs de la stratégie de marque définie il y a cinq ans : la féminisation avec Sὶ, et la remontée en luxe qui passe notamment par Privé et la diversité de son offre. Nous proposons ainsi une véritable palette, de 50 euros environ pour Emporio Armani à 575 euros pour « Charm’ », l’édition limitée à mille exemplaires Privé. Le troisième objectif est celui de la modernité, aujourd’hui illustrée par ce lancement Emporio Armani.

 

Où en est la marque Giorgio Armani ?

V. G. : Elle est de plus en plus équilibrée en termes de territoire et d’axes avec la beauté qui représente maintenant près de 35 % du chiffre d’affaires. En maquillage, la marque est au top de l’innovation avec Linda Cantello, notre International make-up artist, qui sait challenger les laboratoires, être à la pointe des tendances et retranscrire la vision créative de Monsieur Armani. La quasi-totalité de la croissance est portée par la couleur, les lèvres notamment, qui s’ajoute à notre ancrage historique sur le teint que nous renforcerons cette année avec un cushion très luxueux. Cette performance intervient alors que nous sommes encore distribués de manière très exclusive ; avec 1 100 portes dans le monde, nous avons encore de belles possibilités de croissance.  Côté soin, la ligne Armani Prima établit un pont entre soin et maquillage.

 

Vous êtes de plus en plus actif en retail…

V. G. : Oui, nous avons de vraies initiatives pour offrir l’expérience de notre marque à nos consommateurs. Pour la beauté Giorgio Armani, cela passe par le développement de boutiques en propres, un concept de pop-up store et l’e-commerce. Après Paris fin 2016, notre « Armani Box » est ouverte depuis février à Londres à Covent Garden et elle est prolongée jusqu’à cet été. Son concept et ses expériences, comme le miroir connecté qui enregistre votre make-up session pour pouvoir le reproduire, a notamment inspiré l’espace que nous allons ouvrir au Printemps à Paris en juillet. On retrouvera aussi prochaine la « Armani Box » à Tokyo, Hong Kong et Beijing. À chaque fois, le maquillage est une composante essentielle car il permet de recruter une nouvelle clientèle.

 

Sur un marché difficile, cet optimisme s’applique-t-il au marché du parfum ?

V. G. : C’est sans doute une des années les plus excitantes pour la marque. À l’image des valeurs de notre histoire Emporio Armani, nous sommes dans une période optimiste. Bien sûr, il y a eu trop de flankers, mais les marques de niche prouvent bien qu’il y a une envie de luxe et de distinction dans le parfum. 

Facebook
Twitter