Lumière sur : Vita Coco

SOIN. Leader dans le monde et en France de l’eau de coco, la marque américaine étend son territoire à la cosmétique. Elle vient d’arriver chez Sephora avec seulement deux produits mais qui offrent de multiples usages.

C’est une histoire comme les adorent les pros du marketing. En 2003, deux amis, Mike Kirban et Ira Liran rencontrent deux Brésiliennes lors d’une soirée à New York. Ira Liran tombe amoureux de l’une d’elles – qu’il finira par épouser – et de l’eau de coco, autour de laquelle il monte son business. Et en 2004, les deux compères créent la marque Vita Coco. Aujourd’hui présente dans 50 pays, elle a atteint 150 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2016, encore à 90 % réalisées aux États-Unis.

Sa croissance passe tout naturellement par l’Europe et la marque mise gros sur le marché français, où elle a pris pied en 2012. Depuis début 2017,  elle a ravi la place de leader à sa concurrente Vaïvaï et affiche 37 % des parts de marché en valeur sur l’eau de coco vendue en GMS (sur la P3 2017 selon IRI). Sa force, une boisson totalement naturelle et saine. Ce qui n’empêche pas la marque d’innover avec de nouvelles saveurs (chocolat, ananas) mais aussi tout récemment avec une bouteille PET 750 ml, un format inédit au rayon des jus de fruits réfrigérés.



 

Un unique ingrédient.



Elle va ainsi lancer en septembre un lait de coco concentré qui peut être utilisé en substitution du lait de vache. Mais surtout, elle fait une incursion sur le terrain de la cosmétique en arrivant en exclusivité chez Sephora ce mois de mai (dans 17 pays en Europe, soit environ 1000 magasins). Et Vita Coco compte bien dupliquer la recette qui a fait son succès au rayon boissons. Car les deux références cosmétiques ont en commun une liste d’ingrédients qui se résume à un seul, l’huile de coco. « Comme dans l’alimentaire, le marché se tourne vers des produits de plus en plus naturels, sans conservateurs ni produits chimiques », commente Cédric Colliot, directeur général de Vita Coco France et Benelux.

Principalement produite en Asie, l’huile de coco est bio, extra-vierge et pressée à froid. Ne fondant qu’à partir de 23°, elle se présente sous forme solide. Cette pâte blanche à l’inimitable et gourmand parfum de vacances se révèle ultra-nourrissante, relipidante et hydratante. Et elle sait quasiment tout faire : baume à lèvres, crème multiusage, démaquillant y compris pour les yeux, soin capillaire, crème de rasage, déodorant… On peut également en mettre une cuillère dans l’eau du bain pour adoucir la peau. On encore la mélanger à du sucre ou du bicarbonate pour exfolier, pile dans la tendance do-it-yourself. Pour la salle de bains, la marque propose un pot de 250 ml (sur le site de e-commerce de Sephora) et pour le côté nomade, un pot de 50 ml qui prend place dans les meubles Beauty to Go de l’enseigne (aussi sur le site). « La beauté est un axe de développement stratégique, d’ici à trois ans, nous comptons réaliser plus d’un tiers de notre chiffre d’affaires dans ce domaine. Et pour cela, nous pouvons compter sur le partenariat avec Sephora », souligne Cédric Colliot. Les deux acteurs sont d’ailleurs déjà en train de développer des produits pour la période des fêtes. Un peu de soleil en hiver, ça ne se refuse pas.

Une tendance pas à la noixLe fruit exotique séduit l’agroalimentaire qui le décline en yaourts, chips, pâtes à tartine, voire en sauces et en soupes. L’entretien s’en empare aussi (liquide vaisselle chez Wingo). Côté beauté, la noix de coco est partout. On la retrouve pour la douche chez Le Petit Marseillais (Johnson&Johnson) et Yves Rocher, dans des beurres corporels (The Body Shop, Palmer’s), des produits capillaires chez Garnier (L’Oréal Produits Grand Public), Ogx ou Bumble and Bumble (groupe Estée Lauder). Mais aussi en brume lactée ou patchs pour les yeux chez Too Cool For School (vendu chez Sephora), en crème dépilatoire (Epil Mug Laurence Dumont) ou en parfums (Coco Extreme de Comptoir Sud Pacifique).

Facebook
Twitter