FORMULATION : les textures volent la vedette

Originale et destinées à créer la surprise, les textures multiplient les effets et s’affranchissent des contraintes, à commencer par la star du moment : la galénique à mémoire de forme.

Une crème à effet rebond : on ne parle pas ici du résultat sur la peau, mais bien de la galénique. Un soin qui rebondit, mousse, se transforme… Une texture innovante est devenue un argument de vente en plus. Comme souvent ces dernières années, l’inspiration vient des pays asiatiques, perpétuellement novateurs sur cette thématique. Une parfaite illustration de ces nouvelles textures est celle à mémoire de forme, que les marques occidentales ont emprunté à l’Extrême-Orient, comme Garnier lors de la mise au point du Miracle Sleeping Crème. Un soin à la texture « rebondie comme un oreiller » et « auto-lissante » comme un effet lifting.

« La tendance est aux textures fouettées, aériennes ; et en ce qui concerne les produits à mémoire de forme en particulier il y a une explosion de la demande, confirme Corinne Rodriguez, directrice scientifique associée dans le laboratoire de R & D en formulation cosmétique Labosphere. Tout le monde a été demandeur de ce type de textures. » Si elle reconnaît avoir été dubitative lorsqu’elle a pour la première fois entendu parler du concept, Corinne Rodriguez y a ensuite adhéré avec enthousiasme.

La mémoire de forme superstar.

Pourtant, créer ce type de galénique est un challenge. « Les formules à mémoire de forme n’offrent pas beaucoup de prise, et l’association avec d’autres types de polymères – CosmediaSP et Cosmedia Ace – va permettre d’optimiser ce facteur », ajoute Valérie Pian-Parison, en charge du marketing opérationnel France pour BASF. Le chimiste a présenté lors d’In-Cosmetics 2016 une formule Like My Pillow à la technologie mémoire de forme, combinant en plus des transformations successives. « Elle offre un effet rebond à la prise, un toucher frais immédiat à l’étalement sur la peau grâce à l’effet « quick breaking » de notre polymère Tinovis GTC UP, puis un passage un peu plus riche et enfin un fini doux, de type peau nue », décrit Valérie Pian-Parison. Tinovis GTC UP va former un réseau fluide qui apporte une sensation d’effet coussin, non collant, qui peut être amélioré grâce à l’ajout d’émollients légers, tels le Cetiol CC, le Cetiol Sensoft ou le Cetiol Ultimate de BASF.

Valérie Pian-Parison explique : « L’intérêt des textures à mémoire de forme est qu’elles peuvent renfermer un pourcentage élevé d’eau, jusqu’à 80 %, particulièrement intéressant pour de nouveaux lancements dans le domaine de l’hydratation. » Pour autant, ces textures ne se cantonnent pas aux formules hydratantes. « Il est également possible d’incorporer jusqu’à 30 % d’huile, ce qui étend le domaine des possibles, poursuit Valérie Pian-Parison. On peut ainsi introduire une légère protection solaire pour développer du Daily care-SPF15. En outre, la texture mémoire de forme permet de laisser un effet peau nue, non collant, qui peut être amélioré grâce à des émollients légers, tels le Cetiol CC, le CetiolSensoft et le CetiolUltimate. »

L’accent sur le ludique et le plaisir.

L’engouement ne concerne pas seulement l’effet mémoire de forme. « En tant que fournisseur de matières premières, nos clients nous demandent ce que l’on a comme textures à effet wahou, rapporte Vincent Hubiche, Personal care application Lab manager chez Gattefossé. Pour y répondre, nous jouons sur des associations d’ingrédients, mais aussi leur taux d’utilisation. » Une formule qui a eu un beau succès est la Frozen Jely Mousse, après-soleil à l’aspect sorbet qui procure un effet rafraîchissant qui contient de l’EmuliumMellifera (1). « Nous avons mis au point cet émulsionnant multifonctionnel qui montre différents intérêts à l’application, notamment le fait de pouvoir s’adapter au climat », détaille Vincent Hubiche. Résultat : des crèmes qui apportent une hydratation sans nourrir la peau, en la laissant respirer et qui conviennent à tous types d’environnements. Vincent Hubiche précise : « Nous avons fait des tests d’usage en Chine, en France ; elles sont très bien tolérées par les peaux sensibles. »

Nouvelle texture n’est pas systématiquement synonyme de nouvel ingrédient. « De nombreux silicones entrent en jeu dans la composition formules très ludiques et permettent ainsi à des produits de se transformer », détaille Arnita Wofford, directrice marketing Personal care EMEA chez Univar Personal Care. Et de citer en exemple le Dow Corning 3901, agent de texture qui confère un effet glissant pour créer des textures qui ne restent pas statiques. Ou encore, « les cires, comme la cire d’abeille, ainsi que les beurres, qui sont des classiques. Ils sont faciles à manipuler et vont créer des textures très sympathiques », ajoute-t-elle. Il est alors possible d’utiliser des polymères pour épaissir, créer des textures plus ou moins lisses… « Le tout est de continuer à s’améliorer à la paillasse », glisse Arnita Wofford.

 « Nous sommes dans la mouvance des mousses et des crèmes fouettées, dans le domaine des textures très aériennes, soufflées, qui font penser à des nuages, toute en légèreté et en finesse, décrit Corinne Rodriguez. La recherche de nouvelles gestuelles est là pour accompagner le produit et le sublimer. » Encore faut-il s’assurer de la tenue des textures face à l’épreuve du temps. « Si l’on fouette un produit, il faut que l’air puisse y être incorporé sur le long terme, note Corinne Rodriguez. La stabilité n’est pas évidente à trouver et il est plus facile de fouetter de l’eau que du gras. Il faut comme toujours trouver des tours de passe-passe pour tenir la promesse du produit, sans obliger les perpétuelles problématiques de conformité réglementaires. » Au-delà de l’efficacité, les cosmétiques peuvent offrir une expérience sensorielle marquante.

Un packaging toujours plus étudiéLe contenant joue un rôle primordial dans la course aux nouvelles sensations cosmétiques. « De nombreuses innovations viennent du packaging » rappelle Vincent Hubiche de Gattefossé. Il ne faut pas oublier que l’on est là avant tout pour se faire plaisir lorsque l’on applique un produit. La formule peut paraître innovante alors qu’elle ne l’est pas forcément, mais elle est mise en œuvre de façon inédite. » Et de citer par exemple les cushion packs, ces boîtiers compacts qui contiennent généralement un fond de teint et qui s’applique avec une éponge. Tout droit venus d’Asie, les boîtiers ont su séduire les consommatrices en misant tout sur l’originalité de leur mode d’application, et permet de proposer des formules plus liquides et de donner une sensation de fraîcheur à l’application. « On ne touche plus le produit avec les doigts, la sensation à l’application est complètement différente », note Vincent Hubiche.

Facebook
Twitter