COSMÉTIQUE INSTRUMENTALE : talika, l’électronique contre les signes de l’âge

DR

Forte d’une gamme de six appareils, Talika continue sur sa lancée et développe sa stratégie autour de la cosmétique instrumentale.

C’est sans doute la marque qu’on n’attendait pas sur ce créneau. Pour une grande partie des consommateurs, Talika évoquait avant tout Lipocils, un spécialiste du soin des yeux, mais pas l’avant-garde des cosmétiques. Commercialisé depuis près de soixante-dix ans, le gel renforce les cils et favorise leur croissance grâce à une formule à base de plantes… qui, dans un premier temps, n’avait aucune vocation esthétique. « C’est un médecin qui, en plein milieu de la Seconde Guerre mondiale, a mis au point un onguent cicatrisant. Il s’est vite aperçu que l’un des effets secondaires de son soin, lorsqu’’l était appliqué sur les yeux, favorisait la pousse des cils », se souvient Alexis de Brosses, fondateur de Talika. Pour le dirigeant, le secret de l’innovation, c’est la créativité : « La clé est de porter un regard neuf sur quelque chose qui existe déjà pour ne pas tomber dans le piège de la fausse innovation ou du marketing vide », explique-t-il. C’est avec ce « mantra » en tête que l’homme d’affaires s’est lancé dans la cosmétique instrumentale il y a plus de dix ans.

Lumière et longueur d’ondes.

Depuis le premier appareil, le Light 590 « écoulé à 25 000 exemplaires chez Marionnaud la première année », jusqu’à la plus récente référence, Talika puise son inspiration partout et surtout dans des univers très éloignés de la cosmétique : « Au début de mes recherches, je me suis beaucoup renseigné sur l’utilisation des LED dans les hôpitaux de guerre notamment », raconte le dirigeant. Aujourd’hui, la marque s’est constitué une solide gamme d’appareils de beauté nommée Light Therapy. Autour de la longueur d’ondes, les différents devices promettent d’agir sur les signes de l’âge, l’excès de sébum ou encore les rougeurs, depuis le visage jusqu’aux mains. Parmi les six références actuellement commercialisées, Light Duo + est la plus populaire et en est à sa deuxième génération depuis 2015. Mais Talika ne s’arrête pas là : pour s’implanter davantage dans la cosmétique instrumentale, dont les ventes représentent la moitié du chiffre d’affaires de la marque, elle compte bien sublimer d’autres parties du corps et travaille sur deux lancements par an. À propos du prochain lancement prévu en 2017, Alexis de Brosses concède simplement : « Je suis en train de travailler sur un produit qui pourrait donner des ailes aux femmes. »

Bien que de plus en plus populaires, les appareils de beauté restent coûteux. En amont déjà, leur développement représente évidemment des budgets importants. Pour le consommateur, l’achat représente aussi une somme non-négligeable : les prix vont de 99 euros pour le Time Control à 314 euros pour le Light Duo +. Ce qui, toutefois, ne semble pas freiner les acheteurs qui sont aussi bien des hommes que des femmes : « Il ne faut pas voir le device comme une dépense, mais un investissement. Quand on regarde le prix d’un contour de l’œil de luxe, ce dernier coûte souvent  plus cher et dure moins longtemps », argumente Alexis de Brosses. « J’avais lu il y a très longtemps que Coco Chanel définissait le luxe ainsi : « ce qui est bien fait et ce qui dure dans le temps. C’est ce que j’essaie de faire avec Talika” », conclut-il. Apparemment, la recette fonctionne puisque la marque a déjà vendu plus de 200 000 unités.

Light Duo +, best-seller de TalikaLancé en 2009 puis amélioré en 2015, Light Duo + est la machine la plus chère de Talika, mais elle serait également la plus populaire selon le fondateur de la marque, Alexis de Brosses. Au prix de 314 euros, l’appareil est inspiré des travaux de la NASA sur la lumière : « Les chercheurs ont commencé à travailler sur les longueurs d’ondes lorsqu’ils se sont aperçus que les astronautes, une fois envoyés dans l’espace, ne cicatrisaient pas de la même manière que sur Terre », explique le dirigeant. Sous la forme d’un gros galet, l’appareil renferme trois longueurs d’ondes pour agir sur les différents signes de l’âge.

Facebook
Twitter