COSMÉTIQUE INSTRUMENTALE : clarisonic de pied en cap

Depuis le lancement de sa première brosse nettoyante en 2004, Clarisonic continue d’innover, pour un nettoyage en douceur et en profondeur du visage, mais pas que. Face à une concurrence grandissante la marque l’oréalienne multiplie les propositions.

Pionnier de la cosmétique instrumentale, Clarisonic, fondé en 2001, a lancé le mouvement en France en arrivant en exclusivité chez Sephora en 2012. C’était un an après son rachat par L’Oréal et son intégration à la division Luxe fin 2011, d’où ce déploiement à l’international. La société américaine a initié les consommateurs du monde entier à la brosse nettoyante pour le visage inspirée des brosses à dents électriques. Mais, contrairement à ces dernières, la spécificité des brosses Clarisonic, est qu’elles ne sont pas rotatives, mais qu’elles oscillent. Depuis Mia, le tout premier modèle sorti en 2004, Clarisonic ne cesse d’améliorer ses devices pour les rendre plus intuitifs et performants. Et aussi pour s’affirmer face à une concurrence qui ne cesse de se développer. Les rayons de Sephora sont là pour le prouver.

 

 

La gamme Mia

 

Lancée en 2011, Mia 2 fut la première machine Clarisonic commercialisée en France (150 €), et elle est la version améliorée du tout premier produit de la marque. « Jusqu’à ce jour, c’est le best-seller de la maison », déclare Axel Doye, responsable formation de Clarisonic. Sur un cycle de nettoyage d’une minute, l’appareil est programmé avec deux vitesses : l’une pour le quotidien et les peaux sensibles, l’autre pour un nettoyage plus poussé dans le cas d’un maquillage waterproof par exemple. En septembre dernier, Clarisonic a lancé Mia Fit : « plus petit, mais tout aussi efficace, l’appareil en forme d’œuf correspond davantage au mode de vie plus nomade de nos clients  », explique-t-il. Avec une version femme et une version homme, dotée d’une brosse spéciale barbe, la machine propose deux cycles : l’un de 60 secondes, comme le reste des appareils, et l’autre de 80 secondes, « plus costaud ».

 

 Pedi

 

Avec Pedi (199 €), Clarisonic s’aventure hors du visage puisque l’appareil, commercialisé depuis l’année dernière, est entièrement dédié à la beauté des pieds. Dotée du même design longiligne que les autres brosses, elle s’appuie elle aussi sur la technologie sonique des micro-oscillations, mais le traditionnel embout à poils blancs est ici remplacé par deux accessoires inédits. Un disque métallique texturé vient retirer les plaques de peau dures et abimées tandis que la tête de brossage exfolie, aussi bien sèche que humide, grâce à une combinaison de poils courts et rigides, et de poils longs et flexibles. Pour accompagner son lancement, trois références soin ont été commercialisées : un exfoliant lissant, un baume adoucissant et un sérum rénovateur.

 

Smart Profile

 

Si la Smart Profile est la plus onéreuse des brosses Clarisonic (265 €), c’est également la plus complète. Surpuissant, l’appareil est dotée de quatre vitesses, mais il a surtout été pensé pour des usages multiples : pour le visage bien sûr, mais aussi pour l’ensemble du corps et pour les pieds. « C’est l’outil le plus perfectionné que la marque possède », avance Axel Doye, directeur de la Formation Clarisonic. En plus de ses quatre vitesses, un bouton poussoir « turbo » vient accroître l’efficacité du nettoyage en variant l’espacement entre chaque micro-oscillation, toujours au nombre de 300 par seconde. Personnalisable, la machine peut être utilisée avec des embouts intelligents avec programme de nettoyage intégré. Performante, la Smart Profile est aussi intuitive puisqu’elle possède un indicateur de changement d’embout et un indicateur de charge.

 

Kerastase

 

En juillet, Kerastase (L’Oréal Produits professionnels) a rénové Spécifique, la gamme de soins dédiée au cuir chevelu lancée en 1964, et mis au point par la même occasion le premier rituel de soin capillaire intégrant la cosmétique instrumentale en s’alliant à Clarisonic. À la brosse Plus, les équipes de Kerastase ont conçu un embout spécialement dédié au cuir chevelu. Ce dernier, contrairement à celui pour le visage au toucher « cachemire », est plus ferme pour s’adapter à la peau plus épaisse de cette partie du corps. Exclusivement utilisée en salon, elle s’utilise en association avec l’un des Bains de la ligne Spécifique. Avec des mouvements circulaires, le coiffeur vient masser le cuir chevelu pour activer la microcirculation du crâne sans emmêler les cheveux.

Facebook
Twitter