Les chiffres plus moroses que le marché ?

Circuit par circuit sur le marché français, les chiffres n’invitent pas à se réjouir. Les bonnes nouvelles sont si rares qu’on pourrait se poser la question d’une désaffection du consommateur pour l’hygiène-beauté ? Non. D’une part Kantar Worldpanel confirme que les volumes restent en hausse. D’autre part il n’y a pas de panel pour la vente directe ou le travel retail et les différentes contraintes qui pèsent sur les panélistes occultent une partie de la consommation. Ainsi ni les exclusivités ni les marques propres du sélectif ne ressortent dans les chiffres et ce sont deux leviers de croissance. Sans parler du e-commerce qu’il s’agisse des enseignes et des sites marchands des marques. Ou plus traditionnellement de leurs boutiques, de Guerlain acteur historique à L’Oréal Paris, le dernier venu. Néanmoins, on assiste à un vrai changement de modèle sur la valeur (lire p. 12). Promotion, transfert de circuit, mix produit qui évolue, dévalorisation… le chiffre d’affaires souffre. Et ces changements de comportement s’inscrivent dans la durée. Qui aurait parié sur la cote d’amour de Lidl et le succès de sa MDD ? On est bien loin de la part de rêve que veulent véhiculer bon nombre de grands noms de la beauté. Le consommateur a une nouvelle perception du rapport qualité-prix et de la confiance qu’il a en les marques. Petits prix et qualité ne s’opposent plus.

Facebook
Twitter