Produits : cartier, masculins singuliers

SAGA. Avec un premier jus féminin lancé en 1981, Must en l’occurrence, la maison Cartier est encore considérée comme une «jeune maison de parfum». Mais le joailler a le chic pour composer des parfums masculins élégants et presque toujours audacieux. Démonstration.

1992 Pasha : cette fougère épicée-boisée assez 80’s, imaginée par le parfumeur Jacques Cavallier, s’il est le premier parfum masculin, n’est probablement pas le parfum le plus populaire de la maison de joaillerie. Mais quand on le sent une fois, on n’oublie pas ce vent de lavande traversé de patchouli, sorte de seconde peau pour un dandy d’hier et d’aujourd’hui. Une édition Noire Sport, aux notes plus aquatiques— qui revendique dans sa communication un « frisson de grand large »—, peut-être un peu moins virile, a été lancée en 2016 (elle remplace l’Edition Noire sortie en 2013).  

1998 Déclaration : un chef-d’œuvre d’élégance masculine, ode au bois de cèdre sec et majestueux rafraîchi par l’effervescence de la cardamome. L’harmonie parfaite, totale, a désormais son parfum qui fait partie des grands classiques de la parfumerie masculine et qui est cité en exemple cité en exemple par presque tous les parfumeurs, notamment ceux de la nouvelle génération. Et au passage le parfumeur Jean-Claude Ellena invente la notion d’“épice fraîche” qui fera date. Mathilde Laurent en a fait une déclinaison réussie avec Déclaration d’un Soir (2012) où le poivre noir joue cette fois-ci les premiers rôles.  

2008 Roadster : le flacon lourd aux lignes aérodynamiques en forme de remontoir proéminent de la montre du même nom renferme une menthe réfrigérée à l’effet assumé de chewing-gum à la chlorophylle – mariage heureux de menthe crépue et de menthe poivrée — « sensualisée » soudain par le ciste labdanum, la vanille crémeuse et le patchouli. Roadster est ce qu’on peut appeler un « parfum de sensations » : on se croirait sur une route sinueuse de Provence bordée d’arbres au volant d’une décapotable (un roadster)  qui fend l’air encore chaud à la tombée du jour.

2016 L’Envol : Le parfumeur maison Mathilde Laurent interprète à sa façon l’hydromel (vin de miel) des dieux, qui leur apportaient l’immortalité, avec ce nectar au goût de bois, potion de vie sensuelle et fougueuse à la fois, qu’on peut classer au rayon des « orientaux transparents ». Les notes miellées et baumées apportent l’addiction à la composition. Après La Panthère, voilà encore une prouesse technique inédite avec ce flacon ampoule encapsulé sous un dôme de verre amovible : le flacon est rechargeable (Cartier renoue avec une ancienne tradition puisque Must était déjà ressourçable) et seul le dôme se conserve.

Facebook
Twitter