Difficile marché français

Au pays des grandes marques de beauté, les temps restent durs à en croire les panélistes. Selon Kantar Worldpanel, les Français, bien qu’ayant acheté 0,6 produit en plus sur les trois dernières années, ont dépensé 10 € en moins. Que lire derrière ces chiffres ? Que les consommateurs ont plus que jamais besoin de se faire plaisir grâce à la cosmétique mais qu’ils vont glisser dans leur panier plutôt un gel douche qu’un flacon de parfum. Autre constat, ils n’hésitent plus à se rendre dans les drogueries soldeurs type Noz pour acheter des produits cosmétiques, encore plus chez les enseignes de hard discount. Lidl peut ainsi s’enorgueillir d’avoir recruté l’an dernier un million d’acheteurs supplémentaires dans les catégorie hygiène beauté. Dans ce contexte, que se passe-t-il dans la grande distribution classique ? Un sérieux recul des ventes. Selon Iri, le marché est à – 3 % en valeur sur les cinq premiers mois 2016. Pour la première fois, les opérations beauté ont fait pâle figure. Et la parfumerie sélective est à – 1 % en France, selon NPD Group alors que toutes ses voisines européennes affichent des indicateurs positifs. Dans ce contexte morose, la bataille de la rentrée et des fêtes de fin d’année va être cruciale pour tenter d’inverser la tendance.

Facebook
Twitter