Ainsi va la vie en rose

©Paramount Pictures France

C’est une fleur incontournable qui fait fantasmer les plus grands nez et dévoile ses 1001 facettes dans un nombre incroyable de parfums. Mais c’est aussi, bien-sûr, une couleur qui se pose sur les joues ou les lèvres, s’impose sur les podiums de l’hiver prochain et s’expose avec succès – preuve en est avec l’espace Barbie installé aux Arts Décoratifs à Paris. En bouquet, elle devient déclaration d’amour. Tandis qu’en prénom, simple ou composé, elle symbolise une forme de douceur.

Symbolique. Du Petit Prince dont elle est un personnage à part entière – l’un des principaux d’ailleurs – à la Belle et la Bête, en passant par la Belle au bois dormant, la rose est omniprésente dans les contes. Chez Saint-Exupery elle est celle que le Petit Prince veut protéger sous un globe de verre par amour, tandis que, à chacun de ses pétales qui tombe, elle devient allégorie du temps qui passe pour la Bête.

 

Rebelle. N’oublions jamais que la rose a ses épines… La couleur est ainsi en train de s’imposer dans les chevelures des filles les plus hype et rock’n’roll, sur les catwalk, les red carpet et dans les soirées les plus trendy. Sa teinte pastel n’enlève rien à l’esprit rebelle de celles qui choisissent de porter cette coloration, désormais proposée dans tous les salons. Très loin de toute naturalité, caché sous ce casque rose pale, se révèle un tempérament de feu.

 

Pink year. L’oracle des tendances a parlé en début d’année et a sacré le rose quartz – associé au bleu serenity – couleur de 2016. Mais cette version layette, si elle se pose aisément en vernis ou sur les yeux, n’est pas la seule proposée par les griffes de make up. Dans la relance de son Absolu Rouge, Lancôme a imaginé une gamme complète de pink, dont le fameux rose Lancôme. Tandis que Marc Jacobs réveille ses blushs avec un doublé rayé rose.

 

Lou, Lily et Ruby. Dans le classement des prénoms, Rose est devenu un incontournable. Ce vieux prénom est porté par de très vieilles dames autant que de toutes jeunes filles, à l’instar de Rose DeWitt Bukater passagère et rescapée du Titanic de James Cameron qui s’est éteinte à l’âge de 100 ans et de Lily-Rose Depp (voir ci-contre). Du haut de ses 17 ans, cette dernière incarnera d’ailleurs à la rentrée Chanel N°5 l’Eau, un pont idéal entre deux générations de Rose. Parfois, c’est aussi un patronyme, comme Ruby Rose, l’égérie Urban Decay qui n’a pour ainsi dire de Rose que le nom, s’étant plutôt concentrée sur les épines de son personnages…

 

Féminité. Pour apporter une touche de douceur cet hiver, le manteau rose est de sortie. Parions qu’on en verra de nombreux dans les rues de Paris et New York dès les premiers frimas. Les plus timides opteront pour le sac… Côté gastronomie, cette teinte en appelle à la féminité, les vins, champagne et autres cidres rosés explosant les scores dans les rayons et au resto, notamment aux tables occupées par un dîner de filles.  

 

Ingrédient star. En parfumerie, c’est une fleur mythique dont Chanel cultive ses champs à Grasse depuis des années avec la famille Mul, et dont la Bulgarie aussi a fait sa spécialité, cultivant une variété aux notes douces, avec une touche d’artichaut. Le nombre de jus qui contiennent des actifs ou un parfum à la rose ne se comptabilise plus tellement il y en a, comme À la rose de Francis Kurkdjian. Tandis que ses propriétés servent aussi le soin, comme cette huile de rose Korres, avec des pétales entiers dans le flacon.

Facebook
Twitter