DR

Pour répondre à la demande des consommatrices qui recherchent des produits plus respectueux de l’environnement et de leur peau les marques de vernis aussi font évoluer leurs formules grâce à des ingrédients bio-sourcés, sans pour autant rogner sur la qualité.

Pomme de terre, canne à sucre, coton, blé… À première vue, il est curieux de penser que ces ingrédients entrent dans la composition de vernis à ongles. Et pourtant ! Plusieurs marques revendiquent l’utilisation de matières premières bio-sourcées dans leur composition, souvent en lieu et place des solvants, qui représentent «environ 70% d’une formule», nous apprend Alexandre Miasnik, general manager chez Fiabila. «Les vernis à ongles “conventionnels”, soit les plus courants, contiennent pour l’essentiel des composants issus de l’industrie pétrochimique, détaille-t-il. Les solvants «verts», qui utilisent des matières premières issues de la chimie du végétal, sont «le plus souvent des dérivés de la canne à sucre qui sont transformés par des réactions de fermentation et d’estérification», précise le manager.

D’autres végétaux peuvent aussi entrer dans la composition des vernis. Ainsi la marque Kure Bazaar utilise de la pomme de terre, du coton et du blé. Cependant il n’est pas toujours aisé de conserver l’ensemble des qualités d’un vernis, dont la formule est particulièrement exigeante. «Le solvant doit à la fois permettre la plastification et avoir un séchage très rapide, explique Christian David, cofondateur de la marque. Il a fallu trouver un solvant qui puisse maintenir ces qualités.»

La marque SO’BiO étic (groupe Léa Nature), a tout d’abord lancé une première gamme Cosmebio, labellisée Ecocert, en 2011. Les vernis comptaient 40% d’ingrédients biologiques. Cependant la gamme n’a pas remporté pas le succès escompté. «Nous étions peut-être un peu trop avant-gardistes», reconnaît Stéphanie Feille, responsable R&D pour la formulation du maquillage au sein du groupe. L’entreprise s’est alors lancée dans la conception d’une nouvelle gamme, toujours avec des ingrédients d’origine naturelle mais sans coller au cahier des charges Cosmebio. Leur nitrocellulose par exemple est bio-sourcée à 80%. «Les solvants sont issus de la canne à sucre et du manioc», indique Stéphanie Feille. Quant au plastifiant, il a pour origine la pomme de terre. «Nous effectuons des transformations chimiques douces, certifiées par Ecocert», complète la responsable R&D.

Des prix plus élevés

«À ce jour, nous parvenons à bio-sourcer jusqu’à 91% d’une formule sans en altérer les propriétés cosmétiques, souligne Alexandre Miasnik (Fiabila). Cela tient notamment au fait que la composition chimique et les propriétés physico-chimiques de ces composants soient identiques aux produits pétro-sourcés.» Seule ombre au tableau : ces formules alternatives ont un coût. Christian David, chez Kure Bazaar, confirme et ajoute qu’il faut aussi prendre en compte, parfois, les complications pour se fournir en matières premières. «La demande pour ces produits est grandissante mais est freinée par le prix des ingrédients qui reste élevé par rapport aux produits conventionnels», estime quant à lui Alexandre Miasnik.

Si ces vernis promeuvent avant tout un impact écologique faible, quid d’éventuelles allégations santé ? «La sécurité pour la consommatrice est la même puisque les produits doivent répondre à la même réglementation, particulièrement stricte», rappelle d’emblée Alexandre Miasnik. Toutefois les marques travaillent dans la logique «de mettre le moins possible d’ingrédients dans les formules», dit Christian David. Exit des vernis Kure Bazaar le toluène ou le triphényl phosphate, qui a récemment défrayé la chronique car suspecté d’être un perturbateur endocrinien. Quant aux vernis SO’BiO étic, la décision vient d’être prise d’en retirer la benzophénone. «L’ongle est poreux, rappelle Stéphanie Feille. Nous voulons travailler sur la formule la plus inoffensive possible.» Concilier bénéfices pour la planète et pour le consommateur semble être jouable – encore faut-il que la consommatrice maîtrise bien toutes ces nuances.

Facebook
Twitter