Personnalisation : à chacun sa formule magique

À l’aide de machines, de questionnaires, voire de tests ADN, nombreuses sont les marques à proposer un diagnostic pointu permettant de recommander – et parfois de fabriquer en direct – une formule personnalisée. Le point sur neuf initiatives.

Pousser les notes de sa fragrance

Marque créée fin 2013 avec une boutique au 352 rue Saint-Honoré, à Paris 1er, Ex Nihilo a voulu «offrir au consommateur une expérience différente et l’amener dans les coulisses de

la création d’un parfum», raconte Benoît Verdier, l’un de ses trois fondateurs. La marque propose une collection de parfums en «prêt-à-porter», chacun pouvant être personnalisé grâce à l’ajout, dans le concentré, de matières premières d’exception sélectionnées par Givaudan : rose de mai, iris… L’opération se fait à l’aide de l’Osmologue, machine qui réplique celle des maisons de composition, dans un processus proche de l’artisanat et pour des prix allant de 290 à 330 euros.

 

Le soin selon son style de vie

Des packs colorés, séduisants et, depuis peu, réutilisables, un concept de boosters présentés en seringue à ajouter à la base choisie : soit 360 formules et 6 200 combinaisons possibles. Le lancement de My Blend en 2008 par Clarins a ouvert une voie nouvelle en cosmétique. La petite entreprise, qui s’est réorientée en 2011 pour cibler uniquement les spas, où la consommatrice dispose de plus de temps, est pilotée par Prisca Courtin-Clarins, petite-fille du fondateur du groupe. Avec son appareil de diagnostic My Skin Diag, My Blend a renforcé son expertise en 2013. Début 2016, cette offre de soin adaptée aux stressées, aux voyageuses et/ou aux citadines s’est refait une beauté. Elle est proposée dans sept spas dans le monde.

 

Décrypter l’ADN pour devancer les problèmes de peau

Dans l’Ouest parisien, le Skin Genomic Center propose, depuis 2014, un test jusque-là inédit en France : le décodage de l’ADN. Les conseillères prélèvent un échantillon de salive avec un coton-tige, qui est envoyé pour analyse chez Prima-Derm, en Espagne. Plusieurs marqueurs cutanés ont été identifiés, permettant de prévoir les tendances de vieillissement inscrites dans le code génétique de chacun (intolérances, longévité cellulaire, pigmentation…). Avec les résultats, la société établit une ordonnance personnelle et remet un coffret One.Gen 0,1 avec un gen.Elixir et trois fioles de booster (environ 400 euros). Des partenariats avec des enseignes sont envisagés.

 

Adapter les actifs aux besoins de la peau

Dr Pierre Ricaud, fort du succès de Macrèmesurmesure (10 000 unités vendues sur Internet) a sorti en 2015 Mateintesurmesure, un concentré de pigments à ajouter à une crème de jour pour rehausser le teint (25 euros, 15 ml). Quand Macrèmesurmesure est mise en vente, en 2013, Dr Pierre Ricaud est la huitième marque de soins du visage la plus vendue, tous circuits confondus – sixième sur l’anti-âge –, selon Kantar Worldpanel 2012. Mais elle est peu visible et sa clientèle vieillit. Anne Clément, directrice scientifique, a depuis quatre ans dans ses cartons une crème à personnaliser (112 formules possibles). Elle la sort. Le logo est revu et la baseline devient «Au plus proche de votre beauté». Très vite, ce soin hydratant antiglycation auquel sont ajoutés trois actifs en fonction de besoins spécifiques séduit les journalistes beauté comme les clientes, notamment les 30-40 ans. Il devient le symbole du renouveau de la marque et figure, par exemple, sur la porte d’entrée des boutiques Dr Pierre Ricaud.

 

La combinaison parfaite pour chaque profil capillaire

L’empreinte digitale n’est pas le seul marqueur de l’identité d’un individu, notre profil capillaire aussi est unique, comme le rappelle P&G pour expliquer le concept System Professional disponible dans les salons de coiffure en France depuis janvier, mais aussi au Royaume-Uni et en Italie. Sur tablette ou papier, le coiffeur établit un diagnostic personnalisé qui repose sur une vingtaine de questions et une observation du cheveu. À l’issue de ce point, le client se voit attribuer un Energy Code unique et un passeport capillaire recommandant l’usage de trois à cinq produits. La gamme comprend 66 références pouvant aboutir, selon la marque, à 170 millions de formules spécifiques. Outre le soin, System Professional a réfléchi au profil olfactif des différentes combinaisons, comme autant de parfums de cheveux personnalisés.

 

L’expert de l’ultra-personnalisation 

Avec sa technologie de mesure et de photographie de la peau issue de la Nasa, Ioma, en exclusivité chez Marionnaud et Beauty Success en France (bientôt en pharmacie également), et dans quinze pays a réalisé en trois ans plus d’un million de diagnostics de peau. Désormais propriété à 100% d’Unilever, la marque se revendique numéro un de la cosmétique personnalisée. L’analyse de la peau de la cliente permet de lui attribuer un Skin code personnel qui se traduira par une formule dosée à la goutte près, parmi 40 257 combinaisons possibles… Le mélange se fait à la maison ou, avec la Ioma Factory, peut être réalisé en magasin (50 ml, 140 euros). La marque propose depuis mars un sérum créateur d’éclat personnalisé (30 ml, 55 euros) dont on ajoute une à trois gouttes dans son soin selon ses besoins.

 

Le fond de teint au pigment près

Lever un frein. «Une des principales insatisfactions concernant le fond de teint, c’est de ne pas trouver la bonne teinte», rappelle Françoise Lehmann, DG internationale de Lancôme (L’Oréal Luxe), qui teste depuis novembre dernier la possibilité – moyennant un surcoût de 20 à 30% – de fabriquer sa propre couleur. À partir d’une consultation de 15-20 minutes, la conseillère établit un diagnostic dont les données sont transmises à la mini-usine qui traduit l’algorithme en équation de couleur. La machine dose les pigments devant la cliente, qui repart avec son kit personnalisé. Lancé aux États-Unis chez Nordstrom fin 2015, le concept du Teint Particulier pourrait arriver dans l’Hexagone «au dernier trimestre 2016», prévient Aline Cristiani, DG France de Lancôme.

 

Le soin par affinité de la peau

«Les crèmes polyvalentes sont devenues trop compliquées, et une partie de leurs promesses est souvent inutile pour celles qui les utilisent. À chaque peau sa solution», souligne Jean-Noël Thorel, fondateur du groupe Naos (Institut Esthederm, Bioderma) et, par extension, du concept État Pur, lancé en 2011. Reposant sur la cosmétique biomimétique, cette marque ne comporte que des actifs en affinité avec la peau. À sa gamme de soins universels, elle ajoute une proposition d’actifs purs qui traitent avec la juste dose les problématiques spécifiques à chaque peau. Un soin simple et ciblé, à appliquer avant sa crème habituelle.

 

Pour les amatrices du fait maison

Née dans les années 2000 en vendant des huiles essentielles sur son site marchand, Aroma Zone a très vite proposé à ses clientes de faire elles-mêmes leurs produits en fournissant ingrédients, base neutre, accessoires, livres et «recettes». Ces articles sont aussi vendus dans la boutique parisienne où sont organisés des ateliers. Il y a quelques mois, elle a lancé une Crème neutre jeunesse certifiée Cosmébio contenant de l’huile végétale de rose musquée et de l’acide hyaluronique auxquels on peut ajouter le parfum de son choix (floral, oriental, fruité…) et d’autres actifs (anti-âge ou raffermissant…) ou des huiles essentielles. La base neutre non personnalisée est à partir de 3,50 euros le pot 50 ml et 7,50 euros le flacon 100 ml pour le corps.
Facebook
Twitter