Armani Runway, le maquillage backstage

Armani

Look. Le principe de cette gamme ? Un look beauté directement inspiré de la collection
Giorgio Armani printemps-été 2016 et diffusé à la même date. Créé dans les coulisses du défilé et mariant mode et beauté, ce maquillage est aussi un défi industriel.

Troisième saison pour Armani Runway. La première édition a été lancée au printemps dernier, parallèlement à la commercialisation de la collection printemps-été 2015, mais avec un lancement plus élitiste encore (150 portes dans le monde à l’époque) que le maquillage de la marque. Véronique Gautier, directrice générale internationale de la griffe de L’Oréal Luxe, expliquait alors à CosmétiqueMag : «Avec cette collection, je construis mon identité en make-up dans une optique couture. Personne n’a envie d’un club où tout le monde peut entrer. La rareté, ça excite.»

Dans un monde où tout s’accélère, ce lancement conjoint prêt-à-porter et maquillage est aussi un exploit technique. Linda Cantello, international make-up artist Giorgio Armani, travaille avec le Lab Armani Runway, petit laboratoire mobile, avec sa gamme de pigments et de textures, qui lui permet une création sur mesure : «Pour le défilé, c’est un processus instantané. Ensuite, lorsqu’il s’agit d’adapter ce look à une échelle plus importante, pour un maquillage de tous les jours, par exemple, je dois ajuster la formule de base avec les laboratoires Giorgio Armani Beauty.» Reste donc à industrialiser dans les délais ce look of the show, toujours présenté dans un pochon aux couleurs du défilé (ce printemps un voile de tulle transparent avec des touches de couleur graphiques).

«Fil rouge»

En backstage, la maquilleuse star a donc créé la ligne de la saison directement inspirée par la couture, car, explique-t-elle, «les femmes doivent pouvoir avoir accès au même look, aux mêmes produits que ceux que nous créons à cette occasion». La mode de ce printemps-été avait pour thème un «fil rouge» et son illustration par Linda Cantello est à découvrir sur YouTube, où elle décrypte ses partis pris et les yeux ourlés de mascara – évidemment rouge, qu’elle juge porteur de modernité.

Au final, dans cette mini-gamme Runway, une palette (105 €), au boîtier aussi revêtu de tulle, qui comprend un blush poudre dans une texture velours pour un teint naturel avec, logé juste en dessous, un trio d’ombres à paupières irisées (perle, gris et cuivre). Ces fards peuvent être utilisés en superposition avec Eye Tint (43 €), «fluide» paupières anthracite irisé à la tenue longue durée, dont le film extra-fin assure une adhérence parfaite. Ectasy Lacquer (39 €) complète ce look. Cette «laque de couleur», qui doit tenir six heures, associe eau, colorants, glycérine et pigments. Cette saison, sa nuance est naturelle, un nude subtil. Enfin, le vernis Nail Lacquer (30 €), à la texture gélifiée, est une remise en avant de la teinte 400, rouge iconique de la marque. Ce look, réalisé sur mesure à l’occasion des défilés, n’est pas à proprement parler un outil de personnalisation, mais un instrument de différenciation destiné à des beautistas qui font le buzz, celles qui aiment les propositions exclusives. À découvrir dans la boutique de l’avenue Montaigne et sur les trois stands des grands magasins parisiens.

Facebook
Twitter