Fabrice Legros

DR

Ce passionné du verre a modernisé, transformé et créé des dizaines de flacons de parfum au cours de sa carrière de designer. Dernières réalisations en date : les écrins d’Essential de Paul Smith et de Quatre de Boucheron.

Les personnes qui ont compté

«Quand on travaille sur la conception d’un flacon pendant deux ans, cela crée forcément des liens. J’ai eu la chance de côtoyer de grands experts de la parfumerie, Chantal Roos et ses équipes chez Jean Paul Gaultier et chez Yves Saint Laurent, Patrick Thomas et les siennes, à l’époque chez Coty. Je pense aussi aux équipes de Bulgari avec lesquelles nous avons imaginé des flacons devenus des icônes, à Philippe Bénacin et Jean Madar chez Interparfums, avec qui nous avons réalisé de magnifiques créations ces dernières années. Je ne peux pas tous les citer, mais merci de me donner l’occasion de les remercier.»

 

Les matières qu’il préfère

«Ma préférence va au verre. C’est une matière recyclable, transparente et noble, qui offre un toucher froid. Si on la maltraite, elle se casse. Elle est au centre de chacune de mes créations. Je commence toujours par dessiner le flacon avant la coiffe. Je travaille le verre comme un sculpteur, réalisant des volumes à la limite de la production industrielle. Ce matériau a aussi un côté capricieux. On ne peut maîtriser sa répartition à 100%. Il y a toujours de légères variations entre chaque écrin, même s’ils sont réalisés en série, tandis qu’un emballage en plastique, par exemple, peut se reproduire à l’infini, à quelques centièmes de millimètre près. Après vingt ans d’expérience, je trouve le verre toujours aussi riche et aussi intéressant à travailler.»

 

Les sources qui l’inspirent

«Tout m’inspire, aussi bien les arts que le cinéma, la mode, les tendances, mes voyages – comme ici à New York –, mes lectures, les personnes que je rencontre ! Je me nourris au quotidien de tous ces éléments. Puis, lorsque je travaille pour une marque, je me sers du brief comme point de départ. Je passe beaucoup de temps à comprendre, à analyser les attentes du marketing. Ensuite, je laisse ma créativité agir. Je dessine directement en 3D, cela permet à nos clients de voir rapidement le produit dans un univers réaliste.»

 

Les parfums qu’il porte

«Je suis un consommateur zappeur. J’aime essayer les nouveautés que me présentent les marques en avant-première. Une fois que le parfum est sorti, je passe à un autre.»

Son parcours1981 : Il sort diplômé de l’École nationale supérieure des arts décoratif de Paris.1985 : Il décide de poursuivre ses études aux États-Unis. Il se perfectionne à l’uni-versité de Georgia Tech, à Atlanta.1995 : Il débute en France, où il monte, seul, son agence Pi Design. Elle compte trois salariés aujourd’hui, cinq free-lances, un studio photo intégré et une équipe de maquettistes externe.

Facebook
Twitter