Kendall Jenner, la social top-model

©Estée Lauder

La petite sœur de Kim Kardashian a réussi à passer de la «trash TV» aux podiums des marques de luxe. Cette habituée des flashes est suivie par une large communauté sur la Toile. Une audience qu’elle «prête» aux marques.

Elle fait partie du «Kardash’Klan»

Avant même d’être une célébrité à part entière, Kendall Jenner, 20 ans, a grandi sous l’œil des caméras au sein du clan Kardashian-Jenner, célèbre pour son émission de téléréalité L’incroyable famille Kardashian, diffusée depuis 2007. Les filles aînées, Kim Kardashian en tête, ont montré l’exemple à leurs petites demi-sœurs Kendall et Kylie sur les façons de tirer avantage de cette popularité. «Kendall n’a pas vécu cette surexposition médiatique comme une agression mais comme un moyen d’expression, souligne Dinah Sultan, styliste pour Peclers et spécialiste de la mode des 15-25 ans. Elle a, de plus, profité du réseau de ses sœurs pour se lancer.»

Elle a une allure de mannequin

Avoir poussé sous l’œil des paparazzis n’est pas la seule force de Kendall Jenner : c’est aussi une belle plante de l’agence de modèles Elite, dont la silhouette gracile se démarque de celle de ses sœurs. Son mètre 75 et ses mensurations de rêve (81-61-87) ont d’ailleurs séduit Victoria’s Secret, qui l’a fait défiler pour la première fois cette année. «Elle a pour elle un physique de mannequin et sa photogénie, fait valoir Dinah Sultan. Elle cultive aussi un look de girl next door assez classique, naturel et frais, moins provocateur que celui de sa sœur Kylie.» Si sa carrière de mannequin ne décolle vraiment qu’en 2014, Kendall Jenner est sous contrat avec une agence depuis l’âge de 14 ans et pose régulièrement pour des magazines.

Elle est accro aux réseaux

«Elle fait partie de cette génération de it-girls qui s’exposent naturellement sur les réseaux sociaux», décrit Dinah Sultan. Facebook (plus de 10 millions de mentions «j’aime»), Twitter (13,7 millions de followers) et surtout Instagram, devenu la véritable vitrine de la vie de Kendall Jenner. L’une de ses photos est par ailleurs l’une des plus «likées» de tous les temps sur le réseau social. «Si les top-models de l’ancienne génération vivent de leur aura, les nouvelles, ainsi que les starlettes de la musique ou du cinéma, doivent occuper le terrain médiatique même si elles n’ont pas d’actualité», explique la styliste. L’autre starlette à suivre : Gigi Hadid, devenue égérie Gemey-Maybelline grâce aux mêmes ficelles que Kendall Jenner.

Elle rajeunit les marques de luxe

La surexposition personnelle de Kendall Jenner est particulièrement efficace sur une cible jeune que cherchent à capter les marques de luxe (Fendi, Balmain pour H&M…). «Estée Lauder a fait un pari en la choisissant comme égérie alors qu’elle n’est pas très connue d’un public traditionnel», assure Dinah Sultan. La marque américaine a été séduite par l’aura médiatique de la jeune fille, comme le confirme Jane Hudis, group president d’Estée Lauder Companies : «Le monde observe et suit ce qu’elle pense de la beauté. C’est Kendall elle-même qui a annoncé notre partenariat et elle a reçu un million de “likes” pour cette publication». Elle a, depuis, sa propre teinte de rouge à lèvres, un flamboyant Restless.

42,2 millions d’abonnés suivent les aventures de @kendalljenner sur Instagram, entre coulisses de défilés, avant-premières de shootings photo et moments intimes. 

Facebook
Twitter