Olfaction : des parfums pour le plaisir

©Guerlain

Les années se suivent et les tendances que l’on croyait éphémères persistent. C’est le constat fait après l’analyse de plus 280 fragrances lancées sur le marché français en 2015, en partenariat avec l’agence de conseil olfactif Le Musc & la Plume. Fleurs et bois restent les courants forts avec des choix de matières plutôt classiques : beaucoup de roses, des fleurs blanches et du patchouli, une omniprésence des bois ambrés, des accords cuir ou encore un oud qui fait de la résistance. S’il existe des différences dans les traitements, tous convergent vers une idée commune : le plaisir avant tout. Cette nouvelle étude olfactive aurait tout aussi bien pu s’intituler «cinquante nuances de caramel». En effet, la vague confite qui submerge la parfumerie est loin d’être une mode. Une fois le choc Angel de Thierry Mugler, sorti en 1992, accepté par les consommateurs, les féminins se sont tous dotés du triptyque fleurs-caramel-patchouli. Des jus qui remportent l’adhésion d’un public élevé à la vanilline et en quête d’odeurs surpuissantes (merci les bois ambrés), désormais synonymes de séduction. Des notes gustatives et réconfortantes que l’on ne retrouve pas uniquement dans les féminins, ni dans les seuls orientaux ou dans une offre grand public. La facette séduit toutes les structures, tous les genres, mais chacun l’interprète avec ses codes et ses matières fétiches. Peu de propositions donc pour ceux et celles en quête de discrétion, mais des exercices classiques traversés de fraîcheur, fruitée (pommes, fruits d’eau…) ou marine. Enfin, si les senteurs de 2015 avaient un coloris, il serait résolument pop ! Rose shocking, bleu intense, vert gazon… Le consommateur en a vu de toutes les couleurs.

Facebook
Twitter