Carte blanche : Anne-Sophie Behaghel

©Flair

Formatrice, commerciale ou encore évaluatrice : après avoir endossé plusieurs rôles, elle a rejoint le studio de création indépendant Flair en 2013 en tant que parfumeur.

Les hommes et les femmes qui ont compté

«Monique Schlienger, qui m’a recrutée chez Cinquième Sens et avec qui j’ai vécu une vraie complicité, tant humaine qu’olfactive. Elle m’a appris toutes les facettes de chaque matière première et les chemins menant à la création. Il y a évidemment Amélie Bourgeois (photo), aussi rencontrée chez Cinquième Sens puis retrouvée chez Flair. Notre collaboration repose sur le partage olfactif et créatif : nous sommes comme Dupont et Dupond !»


Les matières qui l’ont marquée

«La tubéreuse (photo), qui était une senteur totalement inédite pour moi. Elle ne m’évoque pas une fleur, mais le hachis parmentier de ma grand-mère : les pommes de terre passées au presse-purée manuel tandis que le lait chaud coule dessus. Le castoréum, par sa note d’encrier reposant sur un vieux secrétaire, est aussi lié à un souvenir d’enfance. Enfin, l’oxyde de rose, qui est selon moi “la” matière contemporaine irrévérencieuse, et la Globanone, un musc blanc aux accents rétro.»


Les sources qui l’inspirent

«Principalement les gens : leur histoire, leur style… Mes relations peuvent rapidement prendre une dimension affective. Les lieux aussi, plutôt urbains. J’imagine instinctivement l’univers olfactif d’un endroit ou d’un moment lorsqu’on me le raconte. Pour Atramental de Room 1015, inspiré par l’encre sur la peau, la description d’un salon de tatouage par Michael Partouche, le créateur de la marque, a suffi à me donner une direction, confirmée par la suite.»

Les parfums qu’elle porte

«La plupart du temps les pistes d’Amélie ou les miennes et, l’été, l’eau fraîche Gingembre de Roger & Gallet. À 10 ans je mettais L’Air du Temps de Nina Ricci, à 12 ans Loulou de Cacharel puis, à 13 ans, j’ai muté ! J’ai porté pendant près de vingt ans un parfum pour homme, Minotaure de Paloma Picasso, une création de Michel Almairac dont j’aime toutes les compositions.»

Parcours

Née à Paris, cette inconditionnelle citadine intègre le cabinet d’expertise olfactive Cinquième Sens en 2001, après une licence de chimie. Elle y fait son apprentissage et devient parfumeur, évaluatrice et formatrice. Après neuf ans, elle intègre Firmenich en tant que commerciale, puis rejoint Symrise comme évaluatrice. Elle retrouve Amélie Bourgeois en 2013 quand elle arrive chez Flair. En 2014, Anne-Sophie Behaghel a notamment signé ou cosigné la Cologne Précieuse de La Manufacture, Le Mat et North de Mendittorosa, Nevermore de Frapin. Puis, cette année, les trois parfums de la jeune marque Room 1015 (Atramental, Blooma Cult, Electric Wood), Suma Oriental d’Une Nuit à Bali, Blanc de Sienne d’Evody et, dernièrement, Sovereign du Galion.

Facebook
Twitter