Layering : les parfums jouent la combinaison gagnante OU Le parfum cherche la combinaison gagnante

©Gianluca Folì/Agent002 pour CosmétiqueMag

Le layering, ou superposition de produits, n’est plus réservé aux seuls soins. Il s’immisce aujourd’hui dans l’univers des parfums. Un exercice périlleux quand il s’agit de mixer des compositions olfactives. Comment éviter les fausses notes ?

Principe

Des parfums qui jouent les caméléons

De plus en plus de femmes attendent d’un parfum une tenue parfaite tout au long de la journée. Pour obtenir cette rémanence, certaines n’hésitent pas à superposer deux fragrances. Le phénomène n’est pas nouveau mais il se développe. Certaines marques ont d’ailleurs construit leurs créations olfactives sur ce principe.

C’est le cas de Jo Malone, qui vante l’«Art du fragrance combining». Chaque cologne de la marque de niche du groupe Estée Lauder est conçue pour être portée seule ou associée d’autres du catalogue. Concrètement, la cliente dispose de deux combinaisons pour, à chaque fois, un rendu frais ou sensuel. Ainsi, les notes fruitées Nectarine Blossom & Honey peuvent être adoucies, arrondies, par Velvet Rose & Oud ou, à l’inverse, ravivées par Black Berry & Bay Cologne.

Dans un autre registre, Parfums d’Orsay ont lancé Al-Kimiya Oud et Bois ainsi que Al-Kimiya Ambre et Musc, à utiliser seuls ou à coordonner avec d’autres senteurs.

Autre solution, certes pas nouvelle mais oubliée ces dernières années : la touche d’extrait à déposer sur les points de pulsation afin que les notes s’expriment différemment selon la peau. Dans cet esprit, Givenchy a proposé Ange ou Démon Accord Illicite : un concentré de cuir, musc blanc, patchouli et vanille.

Galéniques

• Quand l’huile remplace l’alcool

A côté de ces offres formulées avec de l’alcool, de nouvelles galéniques font leur apparition, comme les huiles de parfum (Sì d’Armani, J’Adore de Dior ou Narciso for Her, par exemple). J’Adore Touche de Parfum Dior s’applique goutte à goutte sur les points de pulsation pour un sillage personnalisé, à marier aussi avec, au choix, l’eau de toilette, l’eau de parfum, J’Adore L’Or ou L’Absolu. «Les corps gras comme les huiles, les crèmes ou les concrètes piègent les molécules odorantes, améliorant ainsi la tenue du parfum. En revanche, ce dernier perd en fraîcheur par rapport à la version composée avec de l’alcool, explique Sylvie Jourdet, fondatrice de Créassence. D’où l’intérêt de superposer une eau de toilette et son dérivé pour le corps – crème ou lait – pour conserver une fragrance fraîche et tenace.» C’est aussi une façon de remettre en avant les déclinaisons parfumées (savons, gels douche, déodorants, laits, crèmes…) et de réaliser une vente complémentaire.

• Des produits dérivés multifacettes

Les dérivés font eux aussi leur révolution. Une seule formule peut désormais sublimer différentes eaux de toilette. «Souvent, les femmes se parfument après avoir appliqué un soin hydratant pour le corps qui possède déjà sa propre senteur,indique Camille Goutal, en charge de la création au sein de la maison fondée par sa mère Annick Goutal. Pour éviter cette “cacophonie” d’odeurs, nous avons imaginé une collection Bain et Beauté (savons, gels douche…) composée d’après quatre de nos parfums : Eau d’Hadrien (notes fraîches-hespéridées), Fleurs Blanches (notes vertes et fraîches), Petite Chérie et La Rose (notes fleuries-fruitées pour ces deux derniers). Les produits Bain et Beauté sont à utiliser seuls ou à accorder à nos fragrances.» Ainsi, la crème Petite Chérie combinée à l’eau de toilette Ce Soir ou Jamais fait ressortir les notes de poire. Elle rafraîchit l’Eau de Charlotte et accentue les notes fruitées de Quel Amour !

La recherche Chanel a pour sa part formulé une Crème pour le corps neutre, qui emprisonne dans son micromaillage la composition olfactive de chaque parfum de la collection Les Exclusifs, vendue sur les stands et dans les boutiques de la marque aux deux C. Un exemple de personnalisation ultra-chic.

• Des associations délicates à réaliser

Malgré cette palette d’alternatives – huile, crème neutre ou parfumée, extrait –, certaines clientes, à défaut de pouvoir s’offrir un parfum personnalisé, tiennent à réunir des fragrances. Mais attention aux mariages malheureux. Comme le rappelle Aurélie Dematons, fondatrice de l’agence conseil Le Musc & la Plume : «Les parfums sont des compositions à part entière. Ils ne sont pas créés pour fonctionner en duo». Mais le faire comprendre peut se révéler compliqué. Dans ce cas, autant proposer à la consommatrice des solutions harmonieuses limitant les risques.

Pour éviter les faux pas, associer un parfum à une cologne reste une valeur sûre. «Cette dernière va, par exemple, rafraîchir un oriental, déclare Aurélie Dematons. Les notes ambrées peuvent aussi venir en soutien d’une structure fleurie, chyprée.» Pour Sylvie Jourdet, «Eau d’Hadrien, Eau Sauvage ou encore Ô de Lancôme peuvent apporter de la fraîcheur à un parfum gourmand ou à un oriental. Des notes transparentes musquées telles que celles de White Musc de The Body Shop ou de Mûre et Musc de L’Artisan Parfumeur, très subtiles, adoucissent des orientaux et des boisés ou réchauffent des fleuris dont on veut augmenter la tenue».

Une autre possibilité consiste à ajouter un soliflore à une composition plus complexe. «Une fleur verte et fraîche, comme le gardénia, peut réchauffer un parfum boisé ou rafraîchir un hespéridé, suggère Sylvie Jourdet. On peut accorder des parfums d’une même famille olfactive ou ajouter des notes fleuries à un masculin boisé.» Tout dépendra des deux compositions : plus elles sont complexes, plus il est difficile de les assembler.

Et demain ?

La recherche ne cesse d’avancer. La maison de composition Symrise a présenté en 2014 le Film-Forming Technology. Ce polymère incorporé dans le parfum prolonge la rémanence des notes, notamment celles de tête, les faisant durer jusqu’à huit heures après l’application du parfum. Une alternative qui pourrait inciter les femmes à renoncer aux mélanges olfactifs.



Les points à retenir

* Le layering en parfum est plus limité qu’en soin. Contrairement à une crème qui peut se marier avec un sérum, un tonique…, un parfum est une création à part entière : il n’est pas formulé pour être pulvérisé avec un autre. Sauf exception.

* Pour accentuer la rémanence d’un parfum, mieux vaut privilégier l’association de la fragrance à un dérivé parfumé (huile, lait, crème pour le corps) ou à un extrait à appliquer sur les points de pulsation du corps.

* Si la cliente tient malgré tout à superposer deux fragrances, combiner de préférence des parfums à la structure simple : soliflores ou soliflore + parfum ou parfum + cologne.

Facebook
Twitter