Ingrédients du monde : le sourcing sous surveillance

L’ingrédient d’ailleurs fait toujours autant fantasmer les consommateurs. L’industrie de la beauté, vendeuse de rêve autant que de performance, le sait. Si trouver des matières premières naturelles venues de contrées lointaines n’a jamais été facile, l’approvisionnement se fait de façon de plus en plus réglementée, notamment suite à la mise en application, le 12 octobre 2014, du Protocole de Nagoya. Émanation de la réunion sur la diversité biologique des Nations unies, cet accord international concerne la biodiversité, son accès et le partage de ses avantages. Si tous les pays ne l’ont pas encore ratifié, la France a été l’un des premiers signataires en 2011. En ligne de mire de ce protocole : la lutte contre la biopiraterie. Il assure un partage équitable des bénéfices découlant de l’utilisation des ressources génétiques (plantes, animaux, bactéries…) dans un but commercial, de recherche ou pour d’autres objectifs, en évitant l’appropriation illégitime de ces ressources ou des connaissances traditionnelles autochtones. La beauté fait partie des principales industries concernées et ces obligations s’ajoutent à celles que le secteur connaît déjà : besoin d’assurance sur la traçabilité, gestion de la volatilité des prix et celle de plusieurs réglementations… Afin de prouver leurs bonnes pratiques en matière de sourcing éthique, de nombreux industriels, marques et fournisseurs d’ingrédients, adhèrent à l’Union for EthicalBioTrade (l’UEBT), une association fondée en 2007 qui fait référence en matière d’approvisionnement respectueux de la biodiversité. Membre depuis 2008, Serdex (Bayer Healthcare) a été l’une des premières sociétés auditées. «Cela permet d’avoir des outils de mesure concrets afin de s’inscrire dans un processus d’amélioration permanente et, grâce au travail fourni depuis, nous avons atteint 95% du standard de l’UEBT, témoigne Virginie Humbert, sa directrice. Cela a permis à Serdex d’anticiper les grands principes de sourcing éthiques validés aujourd’hui.»

Facebook
Twitter