Atelier Cologne : Christophe Cervasel et Sylvie Ganter

Sofa 3

Jouer sur l’engouement pour les colognes tout en les modernisant et en proposant des concentrations plus élevées, tel est leur pari avec Atelier Cologne. Commencée aux États-Unis en 2009, l’aventure s’étend peu à peu au monde entier.

L’heure est aux ouvertures pour Atelier Cologne. La marque devrait passer de 300 portes dans le monde en 2014 à près de 500 d’ici à la fin de l’année. Ainsi, à la faveur du lancement en exclusivité de la collection Azur chez Sephora USA, Atelier Cologne est entré dans environ 300 magasins de l’enseigne en Amérique du Nord, Canada compris. Le créateur de la Cologne absolue conforte aussi ses positions en Asie, avec une première boutique à Hong Kong ce mois-ci, puis probablement à Séoul. D’autres ouvertures en propre sont prévues à court terme : à Los Angeles, San Francisco et une troisième adresse parisienne, sur la Rive gauche, le site marchand étant en fait son plus grand point de vente. «Nous prévoyons une dizaine d’inaugurations d’ici à trois ans. Elles nous apportent un gain de visibilité dans une ville et dans la presse», estime Christophe Cervasel. En fait ces boutiques suivent les corners des grands magasins, qui sont toujours la première étape d’une implantation à l’étranger.

Le travel retail depuis cette année

Le patron fondateur explique : «Nous venons d’ouvrir un grand corner chez Daimaru dans le Bund, à Shanghai, et comptons ainsi une cinquantaine d’espaces personnalisés dans le monde. La marque repose sur trois pieds : les grands magasins, les boutiques et Sephora. Nous avons besoin de ces trois réseaux.» On peut y ajouter le travel retail depuis cette année puisque la marque est présente à Roissy dans un espace Aelia où elle dispose d’une machine à graver les étuis et on board chez Air France (en première classe et business) avec un coffret Santal Carmin.
Dans ces pays asiatiques qui ne passent pas pour très amateurs de parfum, Atelier Cologne semble faire mouche. Serait-ce dû au choix, qui peut paraître antinomique, d’une cologne qui «tient» ? C’était en tout cas le parti pris de la marque dès sa création car il s’agit bien d’une création ex nihilo plutôt que du traditionnel modèle des licences. Avec une autre volonté, celle du made in France et de partenariats forts avec ses fournisseurs. Ce sont les mêmes depuis le début : Pochet pour les flacons, Aptar pour les pompes, DB Technique, une collaboration qualifiée de «très importante», pour les étiquettes et Sibra pour les étiquettes et étuis en cuir. Quant à la création des jus, elle se partage entre Ralf Schwieger (Mane), qui a signé Orange Sanguine, le best-seller, et Jérôme Épinette (Robertet). «Nous tenons à ces partenaires qui croient en la marque», assure Christophe Cervasel. Ils ont accompagné une aventure qui, à fin 2014, avait généré la vente de 500 000 flacons – de 10 à 170 euros pièce, les prix variant en fonction des matières premières – avec quatre collections (dont Azur, la dernière) vendues dans vingt-sept pays.

Leur parcours

Outre d’être mari et femme, Christophe Cervasel et Sylvie Ganter présentent bien des points communs : un passage par une école de commerce (l’ESCP pour lui, Marseille pour elle), une carrière consacrée à la beauté (L’Oréal et Kenzo pour l’un, Hermès et Fresh pour l’autre) et leur participation à l’aventure Selective Beauty. Si Christophe Cervasel en fut l’un des cofondateurs, Sylvie Ganter en a dirigé la filiale américaine. Ensemble, ils créent Atelier Cologne en 2008 pour un lancement en décembre 2009 aux États-Unis et une arrivée sur le marché français en 2011.

Facebook
Twitter