Carte blanche : Amélie Bourgeois

Flair

Nez formé chez Cinquième Sens, elle a été tentée par l’entreprenariat et a monté sa propre société de création de parfum : Flair.

Les hommes et les femmes qui ont compté

«La toute première à qui je dois beaucoup est Monique Schlienger. Je l’ai rencontrée lorsque j’étais étudiante en cosmétologie. Mes professeurs me parlaient de proportion de parfum : 0,2% dans les crèmes visage, 3 à 5% dans les gels douche… Sans entrer dans le détail du processus de création. Par curiosité, j’ai postulé pour un stage chez Cinquième Sens et Monique m’a acceptée. Voyant mes facultés et mon intérêt, elle m’a proposé un contrat d’apprentissage. J’ai passé trois années extraordinaires aux côtés d’une femme passionnante, généreuse et pédagogue, qui m’a lancée et formée au métier de parfumeur. Les suivantes sont Anne-Sophie Behaghel, mon complice parfumeur de tous les jours, et la douce Martine Denisot avec qui je partage l’aventure Flair. Et, du côté des hommes, François Hénin de Jovoy et David Frossard de Différentes Latitudes, mes deux premiers clients lorsque j’ai démarré en indépendante.»

 

Les matières premières qui l’ont marqué

«Même si j’adore aussi les synthétiques, elles sont plutôt d’origine naturelle car elles me font davantage l’effet d’un voyage dans le temps, sensoriel et “introspectif”. Parmi celles qui me parlent le plus, il y a l’iris pour sa dualité chaud-froid. Il me rappelle l’odeur d’un champ de blé de mon enfance en plein été et le béton froid ! Il y a ensuite le Fir Balsam que je trouve étonnant avec toutes ses facettes en une même senteur : résinée, fruitée framboise, boisée et camphrée… Et enfin la tubéreuse, que je trouve absolument surprenante, envoûtante et assez indomptable. J’aime le caractère et même le physique de cette fleur : belle, grande, élancée, au parfum sensuel, puissant et presque ingrat.»

 

Les sources qui l’inspirent

«Les couleurs et la nature. Chaque odeur a une couleur et j’aime les assembler, en dégradé ou de façon complémentaire. Je m’inspire beaucoup des teintes et des formes que la nature nous donne : c’est magique et c’est la source d’inspiration la plus directe, la plus simple.»

 

Les parfums qu’elle porte

«Je n’en porte quasiment plus. Ceux que j’ai aimés, et que je porte encore occasionnellement, sont Féminité du Bois de Serge Lutens, qui a été mon premier parfum, et Déclaration de Cartier.»

Son parcours

Après une enfance passée entre les Landes et la Picardie, elle intègre en 2000 l’université Paul Sabatier de Toulouse où elle suit des cours de cosmétologie. Après sa licence, elle rejoint le cabinet d’expertise olfactive Cinquième Sens, où elle restera neuf ans : trois en apprentissage puis six à faire de la formation. En septembre 2012, elle fonde sa société de création de parfums, Flair, avec Martine Denisot. Elle est l’auteur, notamment, de Rouge Assassin de Jovoy (2013), de Phantasma et Melancolia des Liquides Imaginaires (2014), Paradis Perdu de Frapin (2013), Ambre & musc et Oud & bois des Parfums d’Orsay (2014), les cinq parfums de la maison Volnay (2014) et dernièrement, d’Electric Wood pour Room 1015 (2015).

Facebook
Twitter