Salon In-Cosmetics 2015 : plus près du client final

Juan Carlos Ortola

Les créateurs d’ingrédients étoffent leur offre, l’élargissant à des kits de formulation complets. C’est l’une des tendances fortes remarquées lors d’In-Cosmetics Barcelone.

«Accélérez votre créativité» a annoncé d’entrée de jeu Lubrizol lors de la dernière édition d’In-Cosmetics. Ces mots ont été le claim de l’entreprise pendant la durée du grand rendez-vous annuel européen qui s’est tenu du 14 au 16 avril dernier à Barcelone. Plus de 8 000 visiteurs se sont déplacés pour cet événement qui a rassemblé les fournisseurs d’ingrédients… et plus. Car ces derniers ne proposent plus seulement une expertise de la matière première, mais aussi de la formule, de la réglementation, des tendances… Cela s’est traduit durant le show par une multiplication des kits de formulation. «Nous voulons booster l’inventivité de nos clients et pour cela, nous avons développé des formules en nous orientant vers le consommateur final», explique Christine Deladrière, marketing specialist home & personal care EMEA de Lubrizol. Un consommateur final que le fournisseur d’ingrédients semble de mieux en mieux connaître. Dow Corning s’adresse même à lui avec le titre de son Trend LAB 2015 baptisé «Vous êtes unique».

Une expérience sensorielle

Ces écrins d’un nouveau genre «permettent d’illustrer nos ingrédients, mais aussi d’ouvrir la discussion avec nos clients et de leur soumettre de nouvelles idées», assure Stéphane Sellam, responsable service technique et affaires réglementaires de Thor, spécialiste des conservateurs. L’entreprise a présenté une collection de six formules autour des soins solaires, pas indispensable pour parler de protection microbienne, mais qui engage clairement le dialogue. Parmi les initiatives notables, DuPont a fait concourir ses partenaires formulateurs afin que ceux-ci proposent des formules étonnantes intégrant un ingrédient maison récemment relancé, le Genencare. Charge ensuite aux visiteurs de les évaluer sur son stand.
Les fournisseurs ont mis le paquet pour interpeller le visiteur notamment en misant sur les textures et l’expérience sensorielle. Déjà très en avance sur sa connaissance du consommateur final, grâce à ses six typologies développées lors d’une étude avec TNS, BASF a présenté Sensory 2.0 : un concept de formules misant sur la sensorialité. Le chimiste allemand s’intéresse à ce qui influence l’acte d’achat et surtout de réachat : la puissance émotionnelle. «Il s’agit d’offrir une expérience holistique qui dépasse le simple toucher», explique Bettina Jackwerth, director marketing hair care personal care Europe.

Le vert, un cran plus loin

Et pour mieux plaire à un consommateur sensible au naturel, l’éco-extraction passe un nouveau cap avec la technologie NaDES (Natural deep eutectic solvents), dont se sont dotées deux entreprises. Après Gattefossé, Naturex communique aujourd’hui sur cette nouvelle méthode de traitement du végétal inspirée du métabolisme des plantes et de leur stratégie de survie dans les environnements extrêmes. «Nous nous appuyons sur l’utilisation de métabolites primaires de la plante, lesquels présentent généralement un point de fusion élevé, explique Alexis Lavaud, responsable R&D du département cosmétique de Naturex. La plupart sont solides à température ambiante mais lorsqu’ils sont pris isolément et mélangés dans les bonnes proportions, ces composés forment un nouveau type de liquide au point de fusion plus faible qui conserve cet état à température ambiante». Celui-ci reste stable, permet de préserver et d’extraire de nouvelles molécules, ainsi que d’améliorer son rendement. Applicable à de nombreux types de végétaux, cette technologie va évidemment permettre aux fournisseurs d’enrichir leur catalogue, mais surtout de proposer un service unique aux marques en vue de codéveloppements.

Facebook
Twitter