Les fêtes font moins recette

La fête des Pères clôt un premier semestre riche en animations, qui ont commencé par la Saint-Valentin. Si cette dernière reste commercialement secondaire, elle progresse chaque année et, de l’avis des distributeurs, 2015 fut un bon cru. Elle doit son succès avant tout aux petits prix. Nettement plus importantes, les fêtes des Mères et des Pères, elles, reculent. Il en va de même pour la période de Noël. Jusqu’alors, ces événements participaient fortement à la hausse du chiffre d’affaires annuel de la parfumerie. En 2014, leur contre-performance contribuait à hauteur de 74% à la baisse des ventes de parfums. Pourtant, les campagnes de communication des marques sont plus nombreuses à ces périodes clés. Dans les magasins, les équipes se mobilisent : vitrines spéciales, mises en avant des offres cadeaux, publicités… et surtout, formation, en l’occurrence aux parfums. Certains d’entre eux figurent d’ailleurs dans cette Édition Conseillères, qui dresse le portrait de différents types d’homme et de leurs familles olfactives préférées. Une façon de personnaliser le conseil.

Facebook
Twitter