Communication : L’Oréal Paris sur tapis rouge

L'Oréal Paris

Plus d’une trentaine d’égéries et des anonymes auront été les vedettes l’oréaliennes du dernier Festival de Cannes (13-24 mai). À l’heure où nous bouclons, on ne connaît pas encore les heureux élus qui seront passés de l’ombre à la lumière en participant à la finale internationale de The brush contest. En effet, les douze finalistes vont maquiller les stars maison sous la houlette de Karim Rahman, maquilleur expert de L’Oréal Paris. Le tout en direct sur les réseaux sociaux, dont la chaîne Youtube de la marque. Cela illustre la stratégie du leader de la beauté, d’autant plus que l’opération met en valeur sa nouvelle signature Make Up Designer.

Cyril Chapuy, directeur général international de L’Oréal Paris, explique ces choix : «Nous sommes une marque multicatégorie or, il faut de plus en plus être un spécialiste. C’est d’autant plus vrai en maquillage, qui est un business de marque-mère. D’où ce choix du Make Up Designer, qui nous positionne sur la créativité, la mode et l’avant-garde. Par ailleurs, ce festival est la vitrine de notre virage social media avec une connexion permanente, des backstages à la montée des marches. Cette année, en exclusivité mondiale et en partenariat avec Kwarter, une start-up californienne, nous lancerons une nouvelle technologie : Twicer, pour réaliser des vidéos commentées en direct par les égéries. En innovant depuis deux ans nous avons multiplié par dix le nombre de nos followers au niveau mondial. Et Make Up Genius est devenue la première appli beauté dans le monde, téléchargée dix millions de fois depuis mai 2014».

Quid du e-commerce ?

Ce digital omniprésent concerne-t-il aussi le e-commerce ? «C’est évidemment essentiel mais en passant par les sites marchands des e-retailers locaux qui souvent proposent de vrais department stores, même s’ils sont virtuels. Pour moi, c’est ça le e-commerce, plutôt que de vendre nous-mêmes en direct. Ce développement s’adapte aux spécificités culturelles. En Chine, où le maquillage passe d’abord par l’achat online, cela nous permet de toucher les jeunes femmes des villes de rang trois à cinq», précise Cyril Chapuy. Ces particularités locales sont-elles à l’origine des boutiques l’oréaliennes en Europe du Sud ? «Oui. Les marques enseignes y sont particulièrement développées et contrairement aux Asiatiques, les Européennes aiment venir acheter en bande avec des amies. Cela reste un test.»

C’est aussi un lieu pour découvrir le flot continu de nouveautés comme Cannes… Les innovations du second semestre y ont été présentées. Le lancement majeur sera en fait un relancement, celui de Revitalift qui fête ses vingt ans avec toujours la même égérie, Andie MacDowell qui, à 56 ans, doit illustrer le bien-fondé de ce soin. Également au programme, les trente ans de Color Riche, le rouge à lèvres le plus vendu dans le monde, avec une extension de la gamme aux fards à paupières et aux vernis à ongles ou une coloration «brond» chez Préférence.

Facebook
Twitter