Carte blanche : Bertrand Duchaufour

© TechnicoFlor

Récemment arrivé chez TechnicoFlor, il a fait de la composition de parfums de niche une véritable spécialité.

Les hommes et les femmes qui ont compté

«Ce sont généralement des mythes de la parfumerie, comme Jacques Guerlain ou Edmond Roudnitska. Ce dernier est un modèle de créateur indépendant, qui a pensé le parfum comme une œuvre d’art et le parfumeur comme un artiste. Il y a aussi eu des personnes qui ont influencé mon parcours. C’est le cas de Jean-Louis Sieuzac, qui m’a pris dans son équipe chez Florasynth et m’a donné l’opportunité, dès mon arrivée, de travailler sur des projets importants. Grâce à lui, j’ai pu faire mes gammes dans un registre haut en couleur.»

 

Les matières premières qui l’ont marqué

«Il y en a beaucoup et chacune a son caractère propre. Elles ont en commun d’être généralement fortes, intenses. Comme l’encens, que j’ai toujours aimé pour son côté mystique. Il marque plusieurs de mes créations, à l’instar de Timbuktu de L’Artisan Parfumeur ou le parfum signature d’Aedes de Venustas. Pour les naturels, je peux citer l’absolu cassis, le davana, l’iris, l’ambrette, l’angélique… voire le costus, tellement difficile à travailler ! Je n’oublie pas non plus les synthétiques, même si certains peuvent être jugés déplaisants, tels l’indol, l’isobutylquinoléine, l’aldéhyde C12 MNA…»

 

Les sources qui l’inspirent

«Principalement la nature, car elle est pleine de choses pouvant être source d’inspiration : le vert, le minéral, les fruits tout simplement… Ainsi, le désert m’évoque la cannelle et l’encens. Un jour, j’ai senti une carambole tout juste cueillie sur un arbre et j’ai été surpris par son odeur fruitée et florale, avec un effet grenadine. C’est le genre d’accord sophistiqué sur lequel on peut tomber lors d’un voyage, une autre de mes sources d’inspiration.»

 

Les parfums qu’il porte

«J’ai porté Tuscany d’Aramis, Halston Z14, Antaeus de Chanel, Givenchy Gentleman, Philéas de Ricci et Dior Homme, le dernier en date. J’aime les parfums puissants avec du caractère, comme Grey Flannel de Geoffrey Beene, qui est un masculin tout en contrastes avec des notes florales. Je n’en porte plus aujourd’hui, même si je continue d’aimer les créations.»

Son parcours

Diplômé en biochimie, Bertrand Duchaufour débute dans l’industrie à la suite d’un stage chez Lautier. Il rejoint Florasynth en 1985, où il reste douze ans, puis Créations Aromatiques, devenu par la suite Symrise. Après avoir travaillé en tant que parfumeur indépendant, il intègre TechnicoFlor en 2014. Participant à plusieurs grands projets (Jungle de Kenzo, Lacroix Bazar…) et auteur de Fahrenheit 0 Degré de Christian Dior, il s’est surtout illustré dans la parfumerie de niche : The Different Company (Aurore Nomade, Oud for love…), Penhaligon’s (Lothair, Amaranthine…), Comme des garçons (Leaves : Calamus et Mint, Red : Harissa et Sequoia…). Et surtout avec L’Artisan Parfumeur, pour qui il a signé près d’une trentaine de jus. Dernièrement, il a accompagné Stéphanie Bakouche, parfumeur intégré de la marque, dans la création de Rose Privée.

Facebook
Twitter