Ingrédients : la nuit sous un nouveau jour

C’est la nuit que les cellules sont les plus actives. Une chance, car optimiser un temps de sommeil de plus en plus court est devenu un enjeu majeur.

On appelle ce phénomène le «time famine» : la sensation de toujours manquer de temps, qui va de pair avec l’accélération de nos modes de vie. Résultat, le temps de sommeil est souvent sacrifié. «Notre département marketing a relevé plusieurs signaux montrant un intérêt croissant pour le territoire de la nuit : les parfums d’ambiance Febrèze Sleep Serenity, les bracelets pour mesurer la qualité du sommeil…», souligne Laurie Dewandel, responsable marketing de Gattefossé. L’entreprise a largement exploré ce thème, qui a fait l’objet d’un séminaire et nourri son magazine commercial Addiactive.
Si les soins de jour revendiquent de plus en plus des vertus antifatigue, les versions nocturnes doivent redoubler d’efficacité pour optimiser un repos de plus en plus court. «Il y a deux courants : la nuit active ou la nuit repos, poursuit Laurie Dewandel. Dans le second cas, le consommateur veut “sleeperformer”, c’est-à-dire booster la qualité de son sommeil.» C’est d’ailleurs le meilleur moment pour agir : la micro-circulation est en hausse, l’activité des cellules est plus importante, la division cellulaire est à son apogée… «C’est l’occasion d’utiliser des actifs qui vont stimuler le renouvellement cellulaire, comme le Phytessence Pink Pomelo», explique Aurélie Noël, coordinatrice marketing technique de Crodarom. Inscrit au catalogue du fournisseur, cet ingrédient promet une action sur ce mécanisme notamment grâce aux AHA, principalement des acides citrique, tartrique et malique, qui vont exfolier l’épiderme.
Plutôt mis à l’honneur dans des formules de jour, les actifs détoxifiants seraient eux aussi indiqués durant la nuit, lorsque la peau se régénère et se «nettoie». Sur ce créneau, les Laboratoires Expanscience proposent Effipulp, un concentré de peptides issus de l’avocat qui stimule l’activité du protéasome, le mécanisme qui dégrade les protéines altérées.
Parallèlement à son grand nettoyage, la peau a besoin de carburant lui permettant de se reminéraliser. Avec Oli’Vîne, Gattefossé mise sur le magnésium – «un minéral connu du consommateur pour être antifatigue», précise Laurie Dewandel –, qui va relancer la synthèse d’ATP. Toujours sur ce segment, Crodarom propose Moonstone, un extrait de pierre de lune «pour redynamiser les cellules», souligne Aurélie Noël. Ce minéral, riche en oligo-éléments, est connu en médecine ayurvédique pour ses propriétés apaisantes et sa capacité à libérer le corps des toxines.  

Privilégier l’hydratation

Reste que la nuit est «le moment où la perte insensible en eau est la plus importante», rappelle Laurie Dewandel. D’où la nécessité de privilégier des formules aux actifs hydratants, mais aussi filmogènes. Un résultat que Gattefossé obtient grâce à l’Acticire : des cires végétales polyglycolisées laissant respirer la peau et réduisant la perte d’hydratation. Ce type de texture, qui forme un maillage sur la couche cornée, a désormais la faveur des marques, à l’image du lancement en janvier dernier de la Miracle Sleeping Crème de Garnier. Inspiré des sleeping pack coréens, ce soin mise sur un polymère intelligent pour créer une formule dynamique et à mémoire de forme. Une galénique étonnante qui pourrait séduire la consommatrice, faciliter l’observance des soins et redynamiser, en plus de la peau, le segment de la nuit.

Facebook
Twitter