Ingrédients : les actifs sur trois pistes

Ce printemps, du 14 au 16 avril, l’univers des ingrédients se donnera rendez-vous à Barcelone à l’occasion du salon In-Cosmetics. Les fournisseurs y présentent leurs grands lancements de l’année mais c’est aussi l’endroit où émergent les tendances fortes du marché de la beauté. Outre les nouvelles matières premières, le salon a vu naître la problématique du «vert» et celle du développement durable, a vécu le renouveau du segment des capillaires et surtout, il a vu la réglementation se durcir. Le soin de la peau sera cette année encore un des piliers pour la recherche de propositions innovantes, notamment en ce qui concerne l’anti-âge. La demande ne faiblit pas, comme en témoignent les statistiques du dernier In-Cosmetics Asia, en novembre 2014. Selon les organisateurs du salon, le skincare est arrivé en tête des intérêts déclarés des visiteurs.
Les actifs rivalisent donc de performance et d’inventivité pour convaincre les formulateurs de produits finis, s’appuyant sur des travaux de recherche fondamentale. Pourtant, il est difficile d’innover dans un univers où les contraintes ont explosé, entre le «OK China» et la question de la durabilité. D’où l’intérêt de retravailler son catalogue pour trouver de nouvelles applications aux actifs, voire de nouvelles propriétés. En codéveloppant avec les marques, les fournisseurs se rapprochent aussi du marché et proposent des produits de plus en plus ciblés pour le consommateur final. Afin de répondre à la demande croissante de radiance, l’offre s’est largement étoffée pour proposer toute une palette de solutions, aussi bien physiques que biologiques. Même chose pour le soin de nuit, qui connaît un regain d’intérêt. Si le skincare reste une valeur sûre, il doit se mettre à la page.

Facebook
Twitter