Ingrédients : Givaudan protège le patchouli

Après le benjoin du Laos, l’ylang des Comores ou le vétiver de Haïti, le groupe suisse, leader mondial des arômes et des parfums, intègre le patchouli dans son programme Ethical Sourcing dédié aux filières naturelles en péril. Cette matière emblématique de la parfumerie fine est aussi utilisée dans des produits comme la lessive en tant que fixateur de fragrance. Comme pour chaque filière, un parfumeur a été désigné pour en être l’ambassadeur et il s’agit ici de Jacques Huclier, qui a notamment travaillé le patchouli dans A*Men de Mugler ou Ricci Ricci. L’histoire de cette matière première a été marquée par une crise importante en 2008, son prix ayant triplé en un an.
Le plan de protection imaginé par Givaudan a donc pour but de garantir son approvisionnement mais aussi de lutter contre la volatilité des prix, avec des partenariats en Indonésie, principal pays producteur. Les collaborations ont été mises en place par une nouvelle équipe dédiée au plan Ethical Sourcing, dépendant du service achats. Baptisée Origination et dirigée par Stéphane Zwaans depuis le site de Vernier en Suisse, elle est en charge des projets et des réseaux de collecte.

Bénéfices sociaux

Deux actions ont été lancées pour assurer la sauvegarde du patchouli, avec une installation physique sur deux îles de la région. «Nous avons déployé une équipe de quatre acheteurs sur l’île de Sulawesi, ainsi qu’un centre d’expertise pour apprendre les bonnes méthodes de production aux intervenants locaux», détaille Lætitia Vuillemenot, sustainability raw materials manager. «Cela nous permet de sécuriser nos volumes et notre qualité, tout en incitant les producteurs à renoncer aux intermédiaires», ajoute Stéphane Zwaans, qui insiste sur les bénéfices sociaux et environnementaux apportés aux communautés.
à Bornéo, Givaudan s’est associé à un partenaire local, Kebun Rimau, pour installer un «laboratoire à ciel ouvert». Dans cette ferme expérimentale, le travail porte sur différentes essences et sur la recherche de matières de haute qualité. Une centaine d’hectares de patchouli sont cultivés et la maison de composition a financé l’unité de distillation de ces matières dont elle s’est assuré l’exclusivité. Une plateforme de communication a par ailleurs été mise en place, assortie d’un site dédié, givaudan.com/patchouli. On peut y trouver des vidéos réparties en trois thèmes : l’histoire, contée par Jean Guichard, directeur de l’école de parfumerie de Givaudan, le sourcing présenté par Stéphane Zwaans et la partie créative dévoilée par Naïla Hamayed, creative fragrance director.

Facebook
Twitter