Distribution : Beauty BC prend ses marques

©Annie Leibovitz

Alors qu’elle souffle ses deux bougies, la société qui se présente comme un distributeur indépendant semble avoir trouvé ses marques… à tout point de vue ! Devenue l’intermédiaire de plusieurs fabricants de parfums et cosmétiques, Beauty BC dispose d’une assise suffisante pour envisager l’avenir avec sérénité pour son équipe de huit commerciaux. Après avoir repris une partie des actifs du défunt P&B Euro Beauty Agency et notamment la distribution des parfums Eden Park, Jean-Louis Scherrer, Jean Patou (et Emanuel Ungaro, dont le contrat s’est arrêté au 31 décembre 2014), la société distribue aussi Jeanne Gatineau (Revlon).

4,5 millions d’euros de CA

Avec ces activités, Beauty BC revendique un chiffre d’affaires 2014 de 4,5 millions d’euros et compte le développer encore en 2015. Cofondée par Jérôme Palatin (ex-P&B), qui en est également directeur général, et Thierry Boullier (ex-directeur général d’Arden en France), la société a effectivement signé un contrat pour déployer Cellcosmet (30 portes actuellement) dans les spas et parfumeries et un autre pour le lancement en 2015 des parfums Shanghai Tang. L’entreprise est en outre devenue le distributeur pour la France de l’essentiel des marques d’Interparfums Inc., dont les licences Ana Sui et Dunhill. Cette dernière est d’ailleurs en phase de relance (voir encadré). «Avec Interparfums Inc., nous avons de grandes ambitions pour Dunhill. Nous allons surinvestir sur la marque pour l’implanter de manière forte en France, chez Nocibé et en parfumeries indépendantes notamment. Nous espérons atteindre assez vite 1% de part de marché sur le parfum masculin dans les 500 points de vente où elle sera présente», assure Jérôme Palatin. «Dunhill, marque du groupe Richemont, est en plein relancement, avec un nouveau CEO et un nouveau directeur artistique, ajoute Raphaël Boulot, directeur Europe, Afrique et Moyen-Orient pour Interparfums Inc. Elle génère déjà 20 à 30 millions de dollars de ventes sell-in et nous pensons atteindre rapidement les 40 millions.»
Malgré les ambitions affichées autour d’Icon, Dunhill ne figure qu’une petite part de Beauty BC. «La marque représente à peine 10% de notre chiffre d’affaires. Le plus gros de notre activité, c’est le soin, avec Gatineau, qui réalise plus de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires», indique Jérôme Palatin. La marque est d’ailleurs en cours de repositionnement dans les instituts Marionnaud, avec l’objectif de développer ses ventes en sortie cabine.

Une icône pour Dunhill

Cédée en 2013 par Procter & Gamble, la licence Dunhill est désormais entre les mains d’Interparfums Inc. qui en a confié la distribution à Beauty BC. Début février, Dunhill met sur le marché son premier parfum depuis ce changement de mains. Et ce nouvel Icon a plusieurs parrains de renom : le parfumeur Carlos Benaïm (IFF), le designer Mark Eisen pour le flacon en guillochage et la photographe Annie Leibovitz. Le mannequin anglais Andrew Cooper est l’égérie mode et parfum de la marque.

Facebook
Twitter