Edito : la Saint-Valentin «à tout prix»

Pendant de nombreuses années, la parfumerie s’est tenue à l’écart des soldes, laissant ceux-là aux enseignes de prêt-à-porter. Mais avec la baisse du trafic et la difficulté à faire entrer les consommateurs dans les points de vente, elle a fini par installer des bacs de produits discountés et par coller des stickers «bonnes affaires» en vitrine. Ces moments de rabais se sont peu à peu imposés comme un temps fort de la profession, peu avant un autre rendez-vous commercial : la Saint-Valentin. Cette année, le 14 février sera célébré en même temps que les soldes, dont la durée a été prolongée d’une semaine (du 7 janvier au 17 février). La fête des amoureux, troisième animation la plus importante du sélectif après la Fête des mères et Noël, en pâtira-t-elle ? Les Français ne seront-ils pas tentés d’acheter les fragrances à prix cassés bien avant le jour J ? D’autant que les soldes gagnent chaque fois une plus grande variété de produits, ne se limitant plus aux collections de maquillage ou aux éditions limitées de parfums invendues. Pour que la Saint-Valentin garde tout son attrait, les enseignes théâtraliseront leurs magasins, mettront en avant les offres spéciales des marques et… accorderont, certainement des réductions pour récompenser leurs clients les plus fidèles.

Facebook
Twitter