Carte blanche : Benoist Lapouza

DR

Arrivé chez Drom Fragrances début 2014, ce passionné de voile et de cuisine a pour mission de participer au développement de la maison allemande.

Les hommes et les femmes qui ont compté

«Le premier que je citerais est bien évidemment Pierre Bourdon, mon maître-parfumeur. Avec lui, j’ai appris et partagé des expériences pendant vingt ans ! Ce sont aussi des rencontres, avec des marques ou des matières premières d’exception, qui m’ont permis de travailler sur de magnifiques projets et de m’enrichir, tant émotionnellement que personnellement.»

 

Les matières premières qui l’ont marqué

«J’aime travailler les matières sur des coups de cœur. J’affectionne la palette des naturels et il est difficile de faire un choix. Ils sont riches et proposent de multiples facettes avec lesquelles nous pouvons jouer, comme le vétiver et son côté sensuel ou le chaud-froid des épices. J’ai aussi eu la chance de rencontrer des chefs cuisiniers qui m’ont fait découvrir des ingrédients originaux, tel que le citron-caviar. Il possède des notes de rhubarbe et de pamplemousse avec quelques touches de cassis et de baie rose. C’est une facette de plus dans la famille des hespéridés. Chez Drom, je peux composer ma propre palette de matières, ce qui entretient une grande liberté de création.»

 

Les sources qui l’inspirent

«Je tire mon inspiration de mes passions, comme la musique, les voyages et surtout la voile, car j’adore naviguer. J’ai d’ailleurs eu l’idée d’intégrer du lantana à l’Acquarossa de Fendi à la suite d’une croisière dans le bassin méditerranéen. Je suis aussi très amateur de cuisine et j’aime jouer du lien entre la forme olfactive et gustative des ingrédients. Toutefois, je pense que la plus grande source d’inspiration réside dans les échanges humains. Ils sont essentiels : travailler avec les évaluatrices, les commerciaux, les équipes à l’étranger, les marques… L’engagement collectif est, à mon avis, le secret d’un développement réussi.»

 

Les parfums qu’il porte

«Je porte mes essais, cela me permet d’évaluer leur tenue et leur évolution. Cependant, j’ai une nette préférence pour les notes boisées-épicées. J’apprécie particulièrement la vibration épicée de Cacharel pour Homme.»

Son parcours

Violoncelliste de formation, Benoist Lapouza rêve dès son plus jeune âge de devenir parfumeur. Après son bac, Pierre Bourdon le prend sous son aile. D’abord chez Takasago en 1986, puis chez Quest en 1991, avant d’entrer chez Fragrance Resources deux ans plus tard. En 2014, il rejoint l’équipe fine fragrance parisienne de Drom. Il est l’auteur de Live Jazz d’YSL (1998), Dolly Girl d’Anna Sui (2003) ou British Bouquet d’Atkinsons (2013). Il a œuvré en équipe sur Si Lolita de Lolita Lempicka en 2009, avec Christine Nagel (alors chez Fragrance Resources) et, plus récemment, sur Fan di Fendi pour homme en 2012 et L’Acquarossa de Fendi en 2013, avec Delphine Lebeau (Fragrance Resources) et François Demachy, parfumeur LVMH.

Facebook
Twitter