Tax Free World Exhibition : un business mondial en demi-teinte

DR

Bien plus qu’un salon dédié au duty free, le TFWA, qui s’est tenu à Cannes en octobre dernier, est un lieu de rencontre entre distributeurs et industriels du monde entier. Aussi bien en travel retail que sur les marchés locaux, les marques de beauté ont encore bien des consommateurs à conquérir. Dix professionnels du secteur témoignent.

Jean-Guillaume Trouvin, directeur général export Chanel

«En 2012, la marque est sortie des ventes à bord des avions car elle ne pouvait pas continuer à être diffusée sur des trolleys alors que nous exigeons des critères très qualitatifs de la part des magasins. Nous pourrions être présents dans 1 500 duty-free d’aéroport mais cela signifierait que l’on ferme les yeux sur certaines conditions qui ne sont pas compatibles avec l’image de Chanel. Nous pensons que nous pouvons faire davantage de business dans moins de points de vente. Chanel est distribuée dans moins de 720 shops répartis dans 60 aéroports de 72 pays. Elle est leader dans la majorité de ces points de vente, et numéro un mondial du parfum en travel retail. Nous sommes très attentifs au service et au conseil. Ainsi, par exemple, 400 vendeuses animent régulièrement la marque.»

 

Patrick Bouchard, directeur général Global travel retail Puig

«Nous poursuivons notre travail de consolidation des parfums Paco Rabanne, qui deviennent de plus en plus une marque globale et plus seulement européenne en travel retail. Invictus est un succès dans les régions où nous l’avons implanté : en Europe et au Moyen-Orient pour l’instant. Nous sommes en cours de lancement en Asie et en Amérique latine. Carolina Herrera reste une griffe très bien installée en Amérique du Sud, dans la péninsule ibérique et au Moyen-Orient. Valentino, Prada et Nina Ricci demeurent des signatures phares en Asie et dans certains pays européens et nous les mettrons particulièrement en avant l’année prochaine.»

 

Philippe Margueritte, vice president global travel retail & Latam Coty Inc

«Durant les deux dernières années, Coty Travel Retail a enrichi son offre en l’élargissant à deux catégories : le maquillage et le soin. Ce dernier a contribué à notre déploiement, notamment en Asie. Sur le segment du maquillage, nous avons développé le soin des ongles avec OPI et nous étudions l’opportunité de proposer CK Colors là où la marque est implantée avec succès sur les marchés locaux. Enfin, Roberto Cavalli et Bottega Veneta sont venues étoffer notre proposition de fragrances Prestige.»

 

Éric Henry, directeur général BPI

«Dix ans après son lancement, Narciso Rodriguez for Her est devenu notre première ligne féminine, enregistrant une progression des ventes d’environ 20% en 2013. For Her est à ce jour le numéro un des ventes de féminins en Italie, dans le top 10 en Espagne et on approche du top 20 dans plusieurs pays. Grâce au lancement du Beau Mâle Jean Paul Gaultier au printemps dernier, la franchise Le Mâle a renoué avec la croissance, en particulier en Europe et aux États-Unis. Elie Saab, renforcé par le lancement de l’eau de parfum Intense, se maintient dans le top 5 au Moyen-Orient. Le Sud-Est asiatique et le Pacifique sont également des marchés importants pour BPI. Nous préparons le prochain parfum Azzedine Alaïa, que nous lancerons simultanément en travel retail et sur les marchés locaux dès 2015. La notoriété du couturier est internationale et le propriétaire de la griffe, le groupe Richemont, compte de nombreuses boutiques de prêt-à-porter à travers le monde. D’autres licences sont prévues en 2016. Parallèlement, nous allons étendre notre activité de distributeur, que nous assurons pour l’instant pour les parfums Hermès en Espagne et aux États-Unis, pour les parfums Ferragamo aux États-Unis et, depuis peu, pour Burberry sur le travel retail européen et une partie de l’Asie et sur les marchés espagnol, français et nord-américain.»

 

Philippe Bénacin, président d’Interparfums

«La seule marque sur laquelle nous n’avons pas de visibilité et sur laquelle le business est flat, c’est Paul Smith. Sinon, Montblanc et Jimmy Choo sont en plein essor avec un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros. Nous aurons, sur chacune de ces griffes, deux masculins en 2014. Nous avons redressé la tendance sur Boucheron et Van Cleef & Arpels grâce aux lancements respectifs de Place Vendôme et Rêve. Repetto enregistre de belles performances en France. La marque démarre bien au Moyen-Orient, en Scandinavie, en Belgique, aux Pays-Bas, en Suisse, en Russie et dans les pays de l’Est. Le parfum féminin a généré 7 millions d’euros sur six mois. Sur Balmain, nous avons prévu le lancement de Balmain Extatic en janvier dans 700 portes en France. Suivra, en mars dans le monde, le nouveau Karl Lagerfeld.»

 

Mounia Inoughi, directrice marketing travel retail Clarins

«La Thaïlande a particulièrement performé en travel retail cette année. Le chiffre d’affaires beauté dans les aéroports du pays progresse de plus de 76% à fin septembre 2013. Ceci s’explique notamment par un transfert de la part des touristes européens du bassin méditerranéen vers cette région. La Turquie a aussi bénéficié de cette clientèle habituée à voyager en Afrique du Nord, région touchée par l’instabilité politique. En Europe, malgré un trafic aérien en recul au premier semestre 2013, le marché s’est bien tenu. La marque Clarins réalise une croissance supérieure au marché. En Russie, de nombreux aéroports et leurs zones commerciales ont été rénovés. À Paris (Charles de Gaulle terminal S4) et à Rome (Leonard de Vinci), Aelia a, par exemple, transformé la zone commerciale en un mall de luxe. Le travel retail reste une activité très positive.»

 

Philippe d’Ornano, président de Sisley

«Nous sommes en croissance cette année dans quasiment tous les pays d’Europe. Nous sommes cependant loin de notre potentiel réel. En Asie, excepté en Corée, les ventes progressent assez fortement : nous sommes par exemple la cinquième marque de soin en grand magasin en Chine. La hausse est à deux chiffres sur le continent américain, avec un excellent début de second semestre : +45% en août 2013 aux États-Unis et +25% en septembre. Là aussi, nous avons de bonnes perspectives de développement. En travel retail, circuit que nous avons abordé de façon plus structurée il y a sept ans, nous connaissons une augmentation de l’activité de 20% en Europe et de 30% en Asie. On observe un plus grand intérêt des opérateurs pour le soin. En période de crise économique, le consommateur se tourne, non pas forcement vers les prix bas, mais vers les valeurs sûres. Sisley est une marque reconnue pour la qualité de ses produits et développée à l’international, qui génère plus de 85% de nos ventes. Et notre activité est bien répartie entre les différentes régions du monde, l’Europe n’en représentant plus qu’un peu plus de la moitié.»

 

Marie-Hélène Prima-Comas, directrice marketing export Bourjois

«Depuis trois ans, la marque a accéléré son déploiement sur les marchés internationaux, en particulier en travel retail. En 2012-2013, nous y avons ouvert 47 portes. De plus en plus de retailers sont demandeurs de marques accessibles, ludiques. Par exemple, nous écoulons jusqu’à 150 produits par jour sur certains gros points de vente en Corée. Bourjois est présente dans 23 000 portes dans le monde (marchés locaux et travel retail). Nous nous sommes beaucoup développés en Amérique du Sud, en particulier sur le travel retail. Nous avons ouvert nos boutiques à Mexico cette année.»

 

Olivier Mariotti, directeur export Koto Parfums

«L’export représente 80% de notre chiffre d’affaires. En 2013, nous avons continué à progresser en Asie avec les marques Kimi et Hello Kitty. Nous y avons surtout une clientèle de jeunes adultes sensibles au design des flacons. En Amérique latine, nous avons ouvert le Chili, la Colombie, le Paraguay, le Panama et le Venezuela. L’an prochain, nous serons en Argentine. Au Moyen-Orient, nous venons de changer de partenaire nous serons donc davantage présents en 2014. La crise économique en Europe du Sud nous a contraints à nous diriger vers des pays du Nord (Grande-Bretagne, Scandinavie…), plus intéressés par les prix. Nous avons donc ajouté au catalogue des produits de petite contenance (30 ml) à des tarifs plus attractifs. L’année prochaine, nous poursuivrons l’internationalisation d’Ange Lapin Trousselier et de Top Model.»

 

Marion Assuied, VP marketing sales By Terry

«Notre stratégie par pays est la suivante : être référencé dans un flagship en exclusivité puis dans des points de vente multimarques type speciality stores. Ainsi, en Grande-Bretagne, nous sommes chez Harrods, avec un stand dédié au maquillage et un autre consacré à notre ligne de parfums Terry de Gunzburg, puis chez Space NK en exclusivité chaîne. Nous avons huit corners «flagship» maquillage et parfums en exclusivité grands magasins chez Barneys dans les principales villes des États-Unis et une centaine d’indépendants et speciality stores. Au Moyen-Orient, nous sommes chez Debenhams (Koweït), BHV (Beyrouth), House of Fraser (Abou Dhabi) et Sephora ou Paris Gallery en sélectif. En Asie, nous sommes présents chez Joyce Beauty à Hong Kong. L’export, qui s’est fortement développé depuis trois ans, représente 80% du chiffre d’affaires avec une visibilité dans 25 pays. La marque commence à s’implanter en travel retail : chez Aelia au terminal F1 de Roissy-Charles de Gaulle (Paris) et prochainement au F2. Les opérateurs sont de plus en plus intéressés par les marques alternatives.»

Facebook
Twitter