Edito : des parfums au pied du sapin

Le compte à rebours a commencé. Les trois prochaines semaines sont capitales pour l’activité commerciale. On ne le rappellera pas assez : 25% du chiffre d’affaires de la parfumerie sélective est réalisé en novembre et décembre. Chaque année, distributeurs et industriels se demandent si les consommateurs seront bien au rendez-vous, s’ils ne préféreront pas se détourner vers d’autres cadeaux plus high tech ou d’autres circuits. La pharmacie, que l’on voit d’abord comme un lieu de santé, se pique de plus en plus au jeu des fêtes de Noël, encouragée par une offre croissante de coffrets de marques de soin ou de parfums. A ne pas négliger non plus : les pure players qui, certes, ont un catalogue moins large mais dont les prix très séduisants attirent davantage en période de réduction du pouvoir d’achat. Cette année, le budget des Français alloué aux cadeaux est en baisse de 2,7%, selon une étude Deloitte. Bonne nouvelle : les parfums et cosmétiques figurent toujours en troisième position sur la liste des présents, derrière les livres et les chocolats. Les produits de beauté restent donc des valeurs sûres. Bonnes fêtes !

Facebook
Twitter