Soin : les eaux florales arrosent la beauté

Apparues il y a plusieurs décennies, les eaux florales souffraient d’une image un peu désuète. Elles ont été remises au goût du jour, notamment à travers Melvita et Sanoflore, qui viennent de rénover leur offre. Si la composition de leurs eaux est inchangée, la présentation, plus moderne, se fait didactique, indiquant les vertus de la plante, aujourd’hui démontrées.«Depuis 2010, nous menons des études sur l’expression des gènes sollicités par les eaux florales par des tests en transcriptomes, raconte Amanda Gerentes, directrice de la communication de Melvita, dont les hydrolats sont au catalogue depuis les débuts de la marque, en 1983. Ces études ont démontré leur efficacité et le fait qu’elles contiennent des molécules actives miscibles dans l’eau.»

Si la pharmacopée avait déjà reconnu aux eaux florales des propriétés cosmétiques, la science vient en renfort. Ainsi, la rose connue pour être apaisante augmente la cohésion des kératinocytes, la camomille apaisante répare des UV, la fleur d’oranger a un effet sur la peau mais aussi sur les cheveux… Jusqu’ici, peu de gens croyaient en l’efficacité de ce produit issu de la distillation et dont la seule matière riche en principe actifs était l’huile essentielle. Spécialisée dans la distillation à Laguepie (Tarn-et-Garonne), Essenciagua, qui propose près d’une quarantaine d’hydrolats, refuse de voir dans l’eau florale un simple «coproduit». Laurent Gautun, son fondateur, souligne même que l’hamamélis et le bleuet sont «uniquement distillés pour leur eau». Il croit beaucoup au potentiel actif des eaux florales. «Nous avons lancé des recherches sur certains produits obtenus à partir de matière première séchée ou fraîche, raconte-t-il. Une première approche nous a montré que l’hydrolat concentrait plus de principes actifs dans la version fraîche.» Et une eau florale active doit avant tout être de bonne qualité, avec un cahier des charges rigoureux en termes d’approvisionnement, de partie du végétal utilisée, de traitement…

Si l’utilisation de l’eau florale en solo (comme tonifiant, fixateur de maquillage, préparateur de la peau…) est bien connue, l’essor des produits bio a contribué à la faire entrer dans les cosmétiques. Certifiable, elle augmente la concentration d’ingrédients bio dans une formule.

Les fruits et légumes aussi

Alternative rafraîchissante, les eaux de fruits ou de légumes apparaissent dans des produits finis. En Europe, le français Fruitofood en propose via sa gamme Onativ’. Outre-Atlantique, la tendance suit le succès de l’eau de coco dans l’alimentaire. Réputée pour ses vertus hydratantes, celle-ci entre dans la composition de certains produits, comme le gel après-soleil de la marque brésilienne Sol de Janeiro (exclusivité Sephora). Autre tendance, l’eau de concombre, que la marque Sephora a choisi pour son démaquillant yeux.

Facebook
Twitter