bruxelles, un nouveau Monsieur protection des consommateurs

©European Union 2013

Dernière inconnue dans les changements en cours, le Règlement entre en application alors qu’un nouveau commissaire européen prend en charge la Consommation, dorénavant séparée de la Santé. Le croate Neven Mimica, jusqu’ici vice-premier ministre chargé des Affaires étrangères et de l’Intégration européenne, a été nommé le 1er juillet – date d’adhésion de son pays à l’UE. Cette séparation n’empêchera pas le travail transversal : «Onze commissaires sont chargés de portefeuilles liés à la consommation et la coopération est essentielle», a souligné le nouveau nommé. Interrogé sur l’interdiction de l’expérimentation animale à des fins cosmétiques, Neven Mimica – qui s’en félicite à titre personnel – a annoncé un double axe de travaux à mener avec les autorités nationales : développer un cadre de mise en œuvre du Règlement et suivre ses interprétations juridiques, divergentes ou non. «Mon attitude dépendra d’un examen approfondi des pratiques au sein des Etats membres.» Il a également évoqué, de façon plus large, la nécessité d’une harmonisation européenne de l’analyse du risque et clairement positionné sa vision de sa mission : «Il faudra bien sûr montrer aux consommateurs à quel point la politique qui les concerne vise à leur apporter des résultats et prendre des mesures qui reflètent leurs véritables besoins. Mais il faudra également que les entreprises soient conscientes des intérêts des consommateurs et qu’elles connaissent la réglementation». Il affiche trois priorités pour les seize mois de son mandat bruxellois : supprimer les barrières du commerce en ligne, garantir la sécurité des produits et informer les consommateurs. «La politique de consommation est celle qui est la plus proche des préoccupations des citoyens et répond souvent à la question : que fait l’Union pour moi ?», a-t-il rappelé.

Facebook
Twitter