Sélectif : nouvel exécutif chez Marionnaud

© Charly Hel

Le 17 mai dernier, à Strasbourg, pour fêter la 200e rénovation de magasin selon le concept 3 P dans la ville de France où toutes les parfumeries Marionnaud sont à cette norme, c’est une  équipe nettement plus féminine qui pilotait l’inauguration. En effet, quelques jours auparavant, le groupe annonçait la composition du comité de direction : quatre nouveaux, dont trois femmes.

Au côté de William G. Koeberlé, CEO de Marionnaud Group et DG France, arrive tout d’abord Eileen Yeo comme co-directrice générale pour la France, en charge du développement du réseau et des opérations. Elle vient de Hong Kong, où elle travaillait comme directrice exécutive chez Goldman Sachs pour la maison mère de AS Watson, la société Hutchison Whampoa aux 398,39 milliards de dollars de Hong Kong de chiffre d’affaires en 2012 – soit 39,56 milliards d’euros, dont 14,7 milliards d’euros pour sa branche retail (10 800 magasins dans 33 pays, actionnaire de Marionnaud depuis 2005). Sandrine Williamson, ex-directrice achats adjointe accessoires-maroquinerie aux Galeries Lafayette après avoir exercé la même fonction pour la beauté, prend, elle, la direction commerciale et par conséquent la relation fournisseurs (achats, assortiment pricing, merchandising, business planning). Parallèlement, Juliette Delcourt quitte la Française des jeux pour devenir directrice marketing (enseigne, CRM et Internet). Fabrice Obenans, directeur de la marque Marionnaud, lui rapportera. Enfin, Sylvain Belorgey prend la direction financière. Il était jusqu’ici directeur du contrôle de gestion du groupe Darty.

Ce quatuor rejoint donc William G. Koeberlé, Pascal Cabezas, patron de la supply chain et de l’informatique, chantier majeur de la parfumerie sélective, Gildas Delon, en charge des ressources humaines, et Alain Parent, directeur des Refits, autrement dit les rénovations. L’objectif 2015 est que l’intégralité du parc (546 magasins, dont 247 avec un institut de beauté) soit alors rénovée, ce qui n’est pas sans conséquence. On estime que ces travaux de mise aux nouvelles normes, qui entraînent chaque fois l’arrêt de l’activité, représentent annuellement l’équivalent de 37 fermetures de magasin, soit un vrai impact sur le chiffre d’affaires. Le plus emblématique de ces prochains chantiers est sans doute celui des Champs-Elysées. Le projet, présenté comme magnifique, entraînera six mois de suspension de l’activité. Il devra aussi symboliser le renouveau de l’enseigne.

Facebook
Twitter