Fusions acquisitions : 2012, bonne année pour les achats

Plus loin… avec des mouvements entre le Brésil ou le Japon et l’Australie, la France et la Colombie, concernant des volumes importants, avec des transactions plus valorisées et des fonds à nouveau très présents dans le secteur… la beauté résiste à la crise.

Selon Ariel Ohana, managing partner d’Ohana & Co, qui établit pour CosmétiqueMag cette sélection des mouvements qui ont marqué l’année, on estime qu’en France, en 2012, la baisse des transactions est, tous secteurs d’activité confondus, d’environ 50%. Et la France ne devrait pas être une exception. Or, contrairement à 2009, la beauté n’a pas été touchée par ce recul (voir graphique p. 18) : 231 opérations sont recensées par Ohana & Co dans le monde, contre 176 à l’époque.

De grosses opérations

Le leader du secteur n’a pas été en reste. Jean-Paul Agon, PDG de L’Oréal, veut conquérir un milliard de nouveaux consommateurs. Cette conquête passe par «l’universalisation de notre stratégie en offrant le meilleur aux hommes et aux femmes dans le respect des différences», assure le patron du numéro un mondial… Et par des acquisitions. L’année dernière, sans compter ses opérations dans la coiffure aux États-Unis, le groupe a réalisé trois achats importants. Un franco-français, le premier dans l’Hexagone depuis longtemps, avec Cadum qui a rejoint Lascad et qui est présenté comme une acquisition formidable et encore plus formidable depuis sa reprise. Un autre en Colombie avec Vogue, le leader national du maquillage, qui permet à L’Oréal de devenir un acteur significatif sur le marché local. Et enfin, celui d’Urban Decay aux États-Unis, qualifié de cerise sur le gâteau, une marque populaire, branchée et qui manquait encore au portefeuille de L’Oréal Luxe. Ces trois reprises sont emblématiques de la tendance des fusions-acquisitions. Tout d’abord, les grands groupes cosmétiques vont bien. à l’instar de L’Oréal, dont le président qualifiait, lors de ses vœux, la situation financière de «très solide», ils peuvent et sont prêts à payer pour une acquisition à plus de 100 millions de dollars. Cadum ou Urban Decay entrent dans cette catégorie. Et, note Ariel Ohana, «beaucoup de volume et grosses opérations vont de pair». On ne peut donc pas parler, stricto sensu, de hausse des prix.
Autre phénomène qui accompagne la mondialisation, les achats longue distance. Les grands veulent se développer à l’international, pays émergents ou non. L’Oréal prend pied en Colombie mais ce n’est qu’un exemple. En rachetant Erborian, marque franco-coréenne, L’Occitane se renforce en Extrême-Orient. Plus inattendu, la reprise de deux sociétés australiennes bien an-crées dans la zone Asie-Pacifique, Jurlique par le japonais Pola Orbis et Aesop par le brésilien Natura. Comme l’expliquait l’entreprise japonaise en annonçant ce rachat à plus de 200 millions d’euros, «la forte présence de Jurlique en Australie et Nouvelle-Zélande comme dans les pays émergents asiatiques va nous permettre d’accélérer notre développement hors de nos frontières». Avec Aesop et ses boutiques en propre, Natura découvre un nouveau modèle de distribution. Et «cette opération démontre la montée en puissance des acteurs issus des pays du Bric», rappelle Ariel Ohana.

Les fonds sont de retour

Mais ces achats à des milliers de kilomètres ne se limitent pas aux pays émergents et aux marques. La plus chère des opérations de l’an dernier a été le fait de deux distributeurs, avec la prise de 45% du capital, dans un premier temps, du britannique Alliance Boots par l’américain Walgreens pour un montant de 6,7 milliards de dollars. Plusieurs opérations importantes ont eu lieu côté commerce en 2012. Et elles sont emblématiques du retour des fonds : ce sont eux qui arrivent chez l’italien Limoni (50%), le britannique Feelunique, le français Provalliance. Et surtout, Advent International Corporation prend le pouvoir chez Douglas, un des grands du sélectif européen. Enfin, on a assisté à un passage de relais chez Unipex entre Axa et IK Investment Partners. Toutes ces opérations sont un signe de bonne santé du secteur. Les groupes ont les moyens, le développement à l’international ouvre des perspectives, les fonds trouvent des cibles intéressantes. La beauté est séduisante.

Sélection des acquisitions les plus notables en 2012

Date Cible Activité Pays Acquéreur Pays Type de transaction
décembre LR Health & Beauty, Systems GmbH (vente directe) Marque/distributeur Allemagne Quadriga Capital Services GmbH, Bregal Capital LLP Grande-Bretagne/Allemagne Financière
décembre Aesop Retail Pty Ltd (65%) Marque Australie Natura Cosméticos SA Brésil Stratégique
décembre Feelunique Distributeur Grande-Bretagne Palamon Capital Partners LP, Sirius Equity LLP Grande-Bretagne Financière
décembre Spirig Pharma AG Marque Suisse Galderma Pharma SA Suisse Stratégique
décembre L.D. Waxson (S) Pte Ltd Marque Singapour Wipro Limited Inde Stratégique
novembre Urban Decay Cosmetics, LLC Marque États-Unis L’Oréal SA France Stratégique
novembre SkinMedica, Inc., (soins médecine esthétique) Marque États-Unis Allergan, Inc. États-Unis Stratégique
octobre Douglas Holding AG Distributeur Allemagne Advent International Corporation États-Unis Financière
octobre Provalliance Coiffure France Chequers Capital, Franck Provost, Managers France Stratégique
octobre Lumi Holdings Inc. (% non communiqué) Marque Chine Consortium international de fonds Financière
septembre Groupe Unipex Ingrédients France IK Investment Partners Limited Grande-Bretagne Financière
septembre Parfums de Cœur, Ltd. Marque États-Unis Yellow Wood Partners, LLP États-Unis Financière
août Avid Health, Inc. Marque États-Unis Church & Dwight Co. Inc. États-Unis Stratégique
août Kosan Kozmetik Pazarlama Ve, Ticaret Flormar (51%) Marque/distributeur Turquie Yves Rocher SA France Stratégique
août Limoni SpA (50%) Distributeur Italie Bridgepoint, Orlando Italy Management SA Grande-Bretagne/ Suisse Financière
juin Lipotec SA Ingrédients Espagne The Lubrizol Corporation États-Unis Stratégique
juin Alliance Boots GmbH (45%) Distributeur Grande-Bretagne Walgreens Company États-Unis Stratégique
juin Give Back Brands (Justin Bieber, Nicki Minaj) ; New Wave Fragrances, (Ed Hardy, True Religion, BCBG Max Azria) Marque États-Unis Elizabeth Arden États-Unis Stratégique
mai Paras Pharmaceuticals Ltd, (Personal care business) Marque Inde Marico Limited Inde Stratégique
mai Rottapharm SpA (50%) Marque Italie Clessidra SGR SpA, Avista Capital Partners, LP Italie/États-Unis Financière
avril Cadum International SA Marque France L’Oréal SA France Stratégique
avril Parlux Fragrances Marque États-Unis Perfumania Holdings, Inc. États-Unis Stratégique
mars Cosway Corporation Limited (44,5%) Marque/distributeur Hong Kong Berjaya Corporation Berhad Malaisie Stratégique
mars Ulybka Radugi (75%) Distributeur Russie Fonds d’investissement russe Russie Financière
février Jurlique International Pty. Ltd Marque Australie Pola Orbis Holdings Inc. Japon Stratégique
janvier Fantastic Sams Holding Corporation Coiffure États-Unis Dessange International France Stratégique
janvier Perfumerias Atalaya SL Distributeur Espagne Druni SA Espagne Stratégique

Source: Ohana & Co

Ariel Ohana, managing partner d’Ohana & Co

Ariel Ohana, qui réalise pour CosmétiqueMag cette sélection des acquisitions, note quatre tendances majeures : de nombreux mouvements à l’international, des transactions mieux valorisées, le retour des fonds, ainsi que la résistance de la beauté en termes de nombre d’achats.
Même s’ils restent minoritaires par rapport au total des acquisitions, les fonds ont été très présents en 2012 dans l’hygiène-beauté, signe de l’attractivité du secteur. Et ils ont opéré sur tous les créneaux avec, par exemple, Unipex côté ingrédients, Avid Health côté marques, ou Limoni ou Douglas pour la distribution.
On retrouve ces fonds dans la coiffure. En effet, Chequers Capital est intervenu au côté de Franck Provost lorsque Regis, l’actionnaire américain, est sorti du capital de Provalliance, le plus grand groupe français (près d’une dizaine d’enseignes). Ce secteur, aux prémices de la conso-lidation, a connu un autre mouvement important : le rachat de Fantastic Sams Holding par Dessange début 2012.
Le retail a enregistré l’opération record de l’année avec l’acquisition de 45% du capital – dans un premier temps – d’Alliance Boots (CA : 23 milliards de livres au 31 mars 2012) par Walgreens (CA : 71,6 milliards de dollars au 31 août 2012). Le distributeur américain a aussi racheté, en septembre, un de ses compatriotes : Drug Pharmacy Chain (144 magasins, CA : 825 millions de dollars en 2011).

 

 

L’internationalisation en marche
Sélection d’acquisitions hors frontières en 2012

Pays Acquéreur Transaction Cible Activité Pays Date
Allemagne BASF Venture Capital GmbH Stratégique Allylix, Inc. (montant non communiqué) Fournisseur États-Unis mars
Symrise AG Stratégique Belmay Fragrancias Industria e Comercio Ltda Fournisseur Brésil février
Symrise AG Stratégique Trilogy Fragrances, Inc. Fournisseur États-Unis février
France Dessange International Stratégique Fantastic Sams Holding Corporation Coiffure États-Unis janvier
L’Occitane International Stratégique Erborian Marque Corée/France août
L’Oréal SA Stratégique Urban Decay Cosmetics, LLC Marque États-Unis novembre
L’Oréal SA Stratégique Laboratorios de cosméticos Vogue SAS Marque Colombie octobre
Yves Rocher SA Stratégique Kosan Kozmetik Pazarlama Ve Ticaret Flormar (51%) Distrib./marque Turquie août
Japon Aderans Co. Ltd Stratégique Hair Club for Men and Women Marque États-Unis juillet
Pola Orbis Holdings Inc. Stratégique Jurlique International Pty Ltd Marque Australie février
États-Unis The Lubrizol Corporation Stratégique Lipotec SA Fournisseur Espagne juin
TPR Holdings LLC Stratégique Cargo Cosmetics Corp. (majorité de contrôle) Marque Canada juillet
Walgreens Company Stratégique Alliance Boots GmbH (45%) Distributeur Grande-Bretagne juin

Même en ne sélectionnant pas les acquisitions réalisées par les fonds généralement très internationaux, l’année a été marquée par des achats lointains. Les chimistes
et les maisons de composition vont de plus en plus loin pour élargir leur palette d’activités. Tout comme les marques et les distributeurs. Hors cette sélection avec des acquéreurs issus du monde occidental et du Japon, il faut noter l’arrivée de nouveaux intervenants. Le brésilien Natura a repris Aesop (Australie) ; l’indien Wipro a racheté LD Waxson
à Singapour ; le malaisien Berjaya s’est établi à Hong Kong avec Cosway (44,5% du capital).

Source : Ohana & Co.

Facebook
Twitter