La clé du succès d’Yves Rocher ? Une stratégie complète, déployée avec une grande qualité d’exécution, et qui passe notamment par un concept de magasin qui s’adapte aux formats – de 1 mètre linéaire en Inde à 400 m2 à Moscou – sans perdre l’identité de la marque. C’est ce que nous explique Stéphane Bianchi, directeur général du groupe, dans une interview exclusive (lire p. 8). Force est de constater que la question du format est au centre des réflexions des distributeurs. Et ce n’est pas Jean-Michel Wurfel, gérant de la parapharmacie Lafayette à Toulouse qui teste un drugstore sur 1 000 m2 (p. 14), qui dira le contraire. En test aussi, le rayon beauté de l’enseigne de lingerie américaine Victoria’s Secret (Limited Brands), relais de croissance pour un acteur qui a fait le plein sur son cœur de métier. Et en phase de déploiement, la chaîne néerlandaise Hema sur des surfaces de 450 m2 en province contre 150 m2 à Paris et son rayon beauté (près de 10% de son chiffre d’affaires). Derrière ces évolutions qui concernent tous les secteurs – H&M ouvrira au printemps une nouvelle chaîne plus haut de gamme & Other Stories –, on perçoit clairement que les enseignes traditionnelles de beauté sont dans le mouvement mais aussi de plus en plus concurrencées par des intervenants dont ce n’est pas le métier historique. Un contexte qui brouille les frontières et exige une grande vigilance. Une question à suivre de près, tout comme l’évolution du e-commerce en beauté (p. 16).

Facebook
Twitter