Études : profils hauts en couleur

Sept milliards. C’est le nombre de produits de beauté «couleur» vendus dans le monde sur les marchés du maquillage et de la coloration capillaire. Selon deux études* menées par L’Oréal, la vision de la couleur varie selon les femmes et leur situation géographique. Elles mettent en évidences quatre profils types de consommatrices, qui renvoient à autant de tendances. Sentational Me correspond à la femme qui veut être remarquée, la couleur étant pour elle le moyen d’attirer l’attention. La couleur peut aussi être un outil de perfection via les fonds de teint ou la coloration qui couvre les cheveux blancs, c’est la consommatrice Perfect Me. Natural Me correspond à la femme qui ne veut pas paraître artificielle ; et Energised Me, à celle qui considère la couleur comme un outil pour avoir bonne mine, être radieuse et éblouissante.

En Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie et Espagne) – même si des nuances existent entre les pays –, le phénomène observé peut paraître contradictoire : 29% des femmes interrogées se colorent les cheveux pour mettre en valeur leur beauté naturelle sans risquer de paraître artificielle (20% de Natural Me, 25% de Perfect Me et Energised Me et 21% de Sensational Me). En ce qui concerne le maquillage, son utilisation vise à apporter des améliorations sans modifier radicalement l’apparence (26% de Sensasional Me et Perfect Me, 25% d’Energised Me et 23% de Natural Me). Autant de positionnements marketing que les marques de cosmétiques peuvent adopter.

 

 

*Études menées sur près de 25 000 femmes âgées de 18 à 65 ans dans le monde.

Facebook
Twitter