Benchmark distribution : « Comment le mobile va couvrir le parcours d’achat »

On parle de révolution par les smartphones. Selon GFK, il s’en vendra 13 millions en France cette année et près de 40% de la population en sera équipée. Aux Etats-Unis, au premier semestre 2012, la barre des 50% a été dépassée, selon Nielsen. Les taux de renouvellement et les batailles entre les opérateurs favorisent cet essor. Quelles conséquences pour le commerce ? Le smartphone, c’est Internet dans la poche. Il permet d’accéder à des informations partout, tout le temps. Selon Services Mobiles, il est utilisé pour la recherche de promotions (50%), comparer des prix (48%) et trouver un magasin (40%). Les retailers intègrent aujourd’hui complètement le mobile à leur stratégie marketing et communication. Quelques exemples.
En septembre dernier, la façade du centre commercial du Cnit vantait l’application mobile 4 Temps/Cnit. L’opération permettait de collecter des réductions, soit sous forme de chéquier, soit de coupons à éditer par une borne, soit des bons à présenter à partir de l’application mobile.
Ikea donne une importance croissante au smartphone. En magasin, bien avant la diffusion du catalogue 2013, on pouvait lire ces messages «N’attendez plus, le catalogue est dans votre poche.» Sur les produits à forte implication, l’information enregistrée sur des QR codes est encore plus riche. Le smartphone peut également être un moyen de créer du trafic. Aux Etats-Unis, l’application Shopkick déclenche un signal sonore à proximité d’enseignes partenaires comme Macy’s, Target ou Best Buy. Si le client entre dans le magasin, il collecte des points. Même s’il n’achète pas, il est récompensé. Résultat : Shopkick est un grand succès, avec plus de 6 millions d’Américains qui se connectent chaque mois.
Le mobile est aussi un canal de vente. Selon le Journal du Net, le mobile représente, en 2012, 10% du trafic du site Pixmania. Pour Vente-Privée, c’est déjà 19% du trafic et 16% du CA. Enfin, la prochaine révolution est celle du paiement. On peut payer dans un Apple Store avec son iPhone lui-même connecté au compte iTunes. De nombreux taxis de Chicago ont adopté la formule de paiement de Square, un petit terminal relié à leur smartphone, et Starbucks entend généraliser ce mode de paiement à l’ensemble de son réseau. Sans oublier Paypal, Google Wallet et toutes les possibilités NFC. Attention, toutefois à ne pas laisser au bord de la route ceux qui n’ont pas de téléphone mobile ou de smartphone.

Facebook
Twitter