pharmacie : SVR investit et se repositionne

"Notre marque est une pépite prête à créer le buzz", prévient Cyril Véret, président des laboratoires.

«Nous avons investi près de 11 millions d’euros en moins de deux ans pour moderniser notre site de recherche et de production», raconte Cyril Véret, président de SVR, qui représente la troisième génération aux commandes de la société créée il y a une cinquantaine d’années par la famille Véret. Avec un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros, dont 65% réalisé à l’international, les laboratoires font désormais partie des entreprises de taille intermédiaire, mais ils ne veulent pas s’arrêter là. Qualifiant sa marque de «pépite prête à créer le buzz», Cyril Véret entame en septembre la partie visible de la révolution de SVR en lançant la nouvelle identité visuelle.

Un positionnement inédit

Il ne s’agit pas juste d’un relooking mais d’un nouveau positionnement de marque que s’offre SVR, épaulée par l’agence Kaos Consulting. «Nous nous sommes appuyés sur nos forces : le fait que nous sommes un laboratoire français indépendant, la sixième marque de prescription en volume et que nous bénéficions d’une image technique, énumère Sophie Dufau, directrice marketing. Mais nous avons aussi des challenges, comme accroître la visibilité de la marque ou la fidélisation multiproduit.» Forte de cette analyse, SVR rassemble désormais son offre sous un positionnement inédit : l’activothérapie. Création du laboratoire, cela consiste en «une prise en charge globale des petits comme des grands problèmes de peau», complète la directrice marketing. Cette nouvelle orientation va s’accompagner d’un logo retravaillé et d’un packaging signé Lonsdale qui valorisera la marque car «les noms de gamme, comme Xérial ou Topialyse, étaient plus connus que SVR», souligne Sophie Dufau. Une évolution dans la perception par le public qui sera accompagnée d’une progression du nombre de points de vente. La marque, qui compte 2000 portes, en espère 10 000 à terme.

Facebook
Twitter