maquillage : Les sourcils forcent le trait

Sur les défilés automne-hiver, ils gagnaient en force et en épaisseur. Pour la rentrée, nombre de marques fourbissent crayons et palettes pour redessiner cette ligne de force du visage.

Sonia Rykiel avait donné le ton l’hiver dernier et des top models comme Arizona Muse ou Hilary Rhoda ont popularisé ce «tomboy» sourcil (façon garçon manqué). Pour les collections automne-hiver, de Chanel à Rodarte, le sourcil était, sur de nombreux défilés, très dessiné, très fourni. Chez Chanel, Peter Philips est allé bien au-delà du maquillage puisqu’il a demandé à la maison Lesage de réaliser des sourcils brodés composés d’une base en toile anthracite superposée avec plusieurs types et couleurs de pierres et de cristaux.

Chez Christopher Kane, «les sourcils, bien définis et audacieux», comme l’explique la maquilleuse Lucia Pieroni pour Nars, ont été brossés vers le haut puis les parties clairsemées ont été remplies par petites touches avec un crayon et une ombre à paupières de la teinte du sourcil pour un effet naturel.

Chez Rodarte, inspiré par la collection aux influences australiennes, James Kaliardos pour Nars a redessiné à la poudre bronzante, de l’intérieur vers l’extérieur du visage, une arcade très présente.

Des podiums aux parfumeries

Sourcil épais ne signifie pas broussailleux et non travaillé. Au contraire, il faut le définir à coups de pince à épiler, de crayon et de fixateur. Miki, maquilleuse chez Lancôme, nous explique les subtilités de ce maquillage. Pour les sourcils fournis, nul besoin de les surcharger. On peut simplement passer du crayon gras dans le sens du poil ou un gel fixateur transparent ou – mieux encore – légèrement coloré (pour éviter les «pellicules blanches» après séchage) en brossant vers le haut au centre de l’arcade, vers le bas à la pointe externe.

Pour les sourcils plus pauvres ou inégalement fournis, il faut remplir les trous subtilement avec un pinceau et une ombre. Pour suivre la tendance de l’hiver, avec une palette spéciale, on brosse l’ombre claire à rebrousse-poil sur l’ensemble du sourcil pour créer une ombre. Puis on dépose le fard plus foncé (proche de la teinte naturelle du poil) là où il y a des creux ou aux endroits que l’on veut redessiner. On termine en rebrossant avec une brosse à mascara propre et non chargée en produit.

Enfin, pour mettre en valeur tous les sourcils, on dépose une ombre à paupières ou un enlumineur sous et au-dessus de l’arcade.

Les bars dédiés se multiplient

Avec plus de 60 bars à sourcils implantés dans des parfumeries Sephora, Benefit est devenu un spécialiste du genre. On peut s’y offrir une coloration (au henné) et/ou une épilation à la cire et à la pince à épiler (31 euros les deux), accompagnées dans tous les cas de conseils maquillage. La spécificité : le dessin du sourcil, arqué façon Hollywood, pour «mieux ouvrir le regard», explique Jennifer Wahbé, responsable de la formation chez Benefit. Chez Atelier du sourcil, qui compte près de vingt adresses, les prestations vont de l’épilation à la restructuration en passant par le maquillage semi-permanent (de 20 à 200 euros).

 

Les indispensables

Palette Brow Zings, Benefit, 29,90 €

Regard Pro, Lancôme, 49,98 €

Color Riche Le Sourcil, L’Oréal Paris, 2 teintes, 13,90 €

Brow Shaper, Bobbi Brown, 5 teintes, 21,50 €

Facebook
Twitter