distribution : Sephora muscle ses services

Une part de marché qui progresse et un concept s’appuyant sur des services en permanente évolution, l’enseigne poursuit sa course en tête. Marie-Christine Marchives, DG France, nous livre quelques clés de ce succès.

Sephora a réalisé un bon premier semestre, gagnant un point de part de marché en juin. «Nos innovations nous donnent une vraie dynamique sur le marché de la beauté», déclare Marie-Christine Marchives, directrice générale Sephora France. L’enseigne de LVMH le prouve une fois encore au travers de la rénovation, en mai dernier, de son magasin parisien du boulevard Haussmann. Ce réaménagement, tout en restant en cohérence avec le style antérieur, est une approche plus moderne du concept. Les univers n’ont pas changé d’emplacement : parfums à l’entrée, soins au fond et maquillage au centre. En revanche, leur mise en scène a été modifiée. Les murs de couleur s’habillent de Led, apportant dynamisme et profondeur de champ. Le mobilier, tout noir, ressort davantage.

Dans cet univers très avant-gardiste, Sephora a réuni tout ce qu’elle compte mettre en place dans son réseau dans les prochains mois. À commencer par une batterie de services, histoire d’affirmer davantage sa différence avec les concurrents et de répondre à la demande des clients. Outre le bar à sourcils Benefit, devenu un classique, un nail bar a été implanté au fond du magasin. Il comprend une table, équipée de deux postes de manucurie, ainsi qu’un linéaire de vernis et d’accessoires aux marques Mavala, Sephora, Nails Inc., Sally Hansen, OPI… «Le Brown bar Benefit est installé dans 150 Sephora, même dans des petits points de vente comme celui de Saint-Tropez, d’une superficie de 80 m². Quant au nail bar, il sera implanté dans une vingtaine de magasins d’ici à la fin de l’année. Tout comme les espaces coiffure, déjà présents sur les Champs-Élysées et avenue des Ternes, à Paris», annonce Marie-Christine Marchives. Sans oublier la Make Up School Make Up for Ever. Une dizaine d’écoles sont prévues dans toute la France.

 

Découvrir son profil «parfum»

 

 «Nous avons pu mettre en place tous ces espaces grâce à la place libérée par les caisses, précise la directrice. Nous avons déplacées celles-ci au fond de la parfumerie et nous avons équipé nos conseillères de terminaux d’encaissement mobiles. Nous les déploierons dans une cinquantaine de Sephora en même temps que l’application My Sephora. De ce fait, aucune marque n’a été déréférencée.» Autre service aux clients : l’écran tactile Scentsa, déjà testé aux États-Unis. Il suffit que le client réponde à un questionnaire pour découvrir la liste des parfums qui conviennent le mieux à son profil. Scentsa sera présent dans plusieurs magasins français dès cette année. Une version soin verra le jour en 2013.

Le concept sera décliné dans les nouveaux magasins et dans le parc existant, en fonction des superficies. «Nous ne mettrons pas en place tous les services ni toutes les innovations, la superficie étant déterminante», indique Marie-Christine Marchives. Une vingtaine de rénovations sont programmées cette année, vingt-cinq en 2013. «Elles seront réalisées au même rythme que nos ouvertures. Nous inaugurerons quinze magasins en 2013 et dix-huit en 2012, en province et à Paris. »

Facebook
Twitter